ET 

 LA 

 PRESSE . . .


 en parle ...

Pourquoi avoir créé notre maison   Éditions du Bouquin ?
https://www.editions-du-bouquin.fr/

Parce que nous souhaitons favoriser un mode de diffusion en circuit court.
 - Qu'
en tant que scénaristes et dessinateur, nous privilégions l'idée d'aller à la rencontre de nos lecteurs en étant présents sur la plupart des salons de la grande région ouest dans un premier temps et pourquoi pas plus loin si l'on nous y convie.
- Que nous souhaitons rester maîtres des choix liés à la production de nos albums en travaillant avec un imprimeur régional,
 et en ayant la possibilité de choisir la configuration technique de chacun des ouvrages de notre futur catalogue.
-  Que nous appliquons une politique de tirages raisonnés (nous ne détruisons pas les livres).
-  Que nous souhaitons que nos auteur(e)s soient justement rémunéré(e)s.
-  Que nous souhaitons aussi favoriser les collaborations avec des libraires qui soutiennent réellement nos ouvrages en acceptant un mode de diffusion en achat ferme.

 Et aussi surtout parce que tous les trois, on se régale de travailler ensemble et
 que l'on a hâte de bosser sur les opus suivants de Crotte de Troll et sur les autres projets qui nous rassemblent.

Les editeurs- auteurs
WAY-LATTEUX-NITCH
 (Leur premier opus 
  )

 Éditions  Nordvestur : Nathalie Caillibot
 
editions.nordvestur@gmail.com ;
 Facebook : Éditions Nordvestur.
  
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
D'après l'article de Lionel Caboich  et la photo
 du journal Ouest France  du 6.06.2020

Libraires et auteurs « déconfinent » leurs livres
Ce week-end, aurait dû se tenir Livr’à Vannes, finalement décalé à début septembre.
 Malgré la crise, le monde du livre s’organise.
 Pas de quoi démotiver Nathalie Caillibot, qui lance sa maison d’édition.
 L’initiative
 Elle aurait bien aimé profiter de ce week-end de Livr’à  Vannes pour fêter, comme il se doit,
l’ouverture de sa maison d’édition Nordvestur.
 Mais voilà, en raison de la pandémie de le salon se tiendra finalement du 4 au 6 septembre 2020.
 Pas de quoi décourager Nathalie Caillibot, qui a tout de même décidé de se lancer
 Journaliste et auteure, elle compte sur le regain d’intérêt pour la lecture provoqué par le confinement.
« Les gens se sont (re)mis à lire pour s’occuper.
 Contrairement aux idées reçues, c’est donc plutôt une bonne période pour sortir des ouvrages. »

 Nathalie Caillibot vient de créer sa maison d’édition Nordvestur

. Elle publie ses trois premiers livres, un recueil de poèmes, un livre jeunesse et un guide touristique sur l’Islande,
avant d’éditer d’autres auteurs.
Déjà trois collections Ils sont au nombre de trois et  explique-t-elle.
« Tous ont été écrits et illustrés par ses soins. représentatifs des trois collections que j’ai envie de développer »
 Le premier est un recueil de poèmes baptisé
. C’est celui qui lui a donné l’idée de créer sa maison d’édition.

 Passagers de la Terre
 « Tout est parti d’un poème inspiré par la photo d’Aylan Kurdi, cet enfant kurde retrouvé mort sur une plage turque,
 alors qu’il tentait de fuir son pays avec ses parents.
 Après l’avoir écrit, j’ai découvert que le thème du concours des Jeux poétiques portait sur les migrants.
 Le problème c’est qu’il fallait écrire trente-cinq autres poèmes pour y participer
. J’ai déposé le tout le jour de la clôture des candidatures
. Et, ô surprise, moi qui n’ai jamais rien gagné, j’ai reçu le prix de la Ville de Vannes. »
Pour pouvoir diffuser ce recueil, vendu au profit du CCFD Terre Solidaire, il lui fallait une structure.
 Comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, Nathalie Caillibot a décidé de monter sa propre maison d’édition.
 « J’ai envoyé le manuscrit à plusieurs maisons d’édition, mais aucune ne m’a répondu. »
 « En tant que secrétaire de rédaction, je relis et mets en page des articles de presse, à longueur d’année.
 Je voulais donc naturellement mettre mes écrits en scène.
J’ai toujours été fascinée par la chaîne du livre, de l’écriture jusqu’à la diffusion. »

 Une vraie « bouquinovore »
 Comme elle est très prolifique, elle a décidé de sortir un deuxième livre
Cette fois, c’est un album jeunesse, à dévorer dès le CE2. raconte-t-elle. La cabane dans la forêt.
 « C’est ce que j’aurais aimé lire à mon neveu quand il était petit,
 À l’époque, il y avait beaucoup de romans féeriques et merveilleux, mais peu qui étaient ancrés dans la réalité.
Alors que ça permet de se construire.
 Quand j’étais petite fille, c’est ce genre de livres qui m’ont aidé… »
 Vivre son rêve…
 L’histoire est celle d’une fillette, qui a tout contre elle et dont la vie bascule quand elle doit quitter son petit village breton pour la ville. Sur fond de harcèlement et d’isolement, cette orpheline de père va se battre pour s’en sortir.
 Une leçon de vie au final très positive, qui devrait connaître une suite
. Elle travaille déjà sur une autre série jeunesse : une histoire d’ours…

 Troisième et dernier ouvrage
 qui sort également : un guide de voyage sur l’Islande, où elle est allée à plusieurs reprises.
 Mais pas question de copier et le  sien est intemporel et se base sur du vécu.
 Un autre sur San Diego et la Basse Californie, où vit son compagnon, pourrait suivre.
 Tous ses ouvrages ont été illustrés par ses soins.
 Mais sa passion ne l’a jamais lâchée. Comme la lecture et l’écriture
. Aujourd’hui, elle n’envisage pas d’abandonner son métier de journaliste.
 Elle veut juste vivre son rêve et le partager. « Plus jeune, je rêvais d’aller aux Beaux-Arts. Ça n’a pas pu se faire. »
 « Gamine, j’étais déjà « bouquinovore », je me cachais sous les couvertures pour lire à la lueur d’une torche.
 J’écrivais déjà beaucoup de poèmes. Je voulais être écrivaine.
 Mais on me disait que ça n’était pas un métier. ».

: Retour à la liste des Maisons d'édition

: Retour à l'accueil            CONTACT

A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z