A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z
Ouvrages  annoncés  et édités  ...

Adrien Hortemel va sortir un deuxième livre
Son ouvrage précédent   

Le jeune auteur poursuit l’aventure de Cœur de menhir avec le tome II,
 Les nouveaux druides, qui sortira cet été (2018)
. L’illustrateur Christophe Le Galliot a réalisé différents dessins.
 L’initiative
 En juin 2017 était sorti le premier volume de Cœur de menhir, écrit par Adrien Hortemel.
Ce jeune auteur est installé, depuis presque six ans, dans la commune.
 Passionné de légendes - il aime Le seigneur des anneaux, Harry Potter et Le sorceleur -
 il s’est mis à l’écriture.
 « On ne connaît toujours pas précisément l’origine des menhirs,
 assure-t-il.
 C’est mystérieux. J’ai eu envie d’inventer une légende autour des pierres dressées. »
 Dans le premier tome, l’auteur mélange des histoires islandaises, françaises, germaniques et bretonnes.
 Et met le menhir en place centrale.
 Le principal protagoniste est Raudan, un jeune garde de la ville principale de l’histoire.
 Laquelle parle de différents peuples qui vivent dans une forêt et se retrouvent menacés par une prophétie oubliée…
 Adrien Hortemel est installé en micro-entreprise et réalise des sites internet
 Il aime écrire mais ne veut pas
 
« entrer dans un rythme où je me retrouve forcé de le faire. Je fais d’abord un brouillon, je prends des notes et,
 le jour où je suis inspiré et quand j’ai du temps, je me lance,
sourit-il
 À ce moment, je m’installe dans mon salon et je suis une bulle hermétique. »
 Des illustrations Le second tome, intitulé Les nouveaux druides, sortira cet été (2018)
. Cette fois à compte d’auteur, l’écrivain s’étant séparé de son premier éditeur.
Ce n’est pas si facile, il faut faire les corrections, la mise en page, trouver un imprimeur et ensuite des distributeurs.
« D’ailleurs, je suis tout à fait partant pour faire des dédicaces dans les librairies »,
 lance Adrien Hortemel.
Le premier livre, Cœur de menhir, sera d’ailleurs réédité pour l’occasion.
 Des illustrations
 L’auteur a fait appel à Christophe Le Galliot, qui habite Gâvres, pour illustrer les deux ouvrages.
 Il fait des dessins dans le style
« super-héros de bandes dessinées comics.
 Illustrer un univers heroic fantasy me plaît, car cela me permet de sortir de ce que je connais. »
 L’auteur lui donne le descriptif des per
sonnages, des lieux et quelques indications utiles.
« Je dessine sur papier, puis je fais la mise en couleur avec un logiciel dédié. »
 Ainsi, Christophe Le Galliot a réalisé seize dessins pour le premier livre,
 ce qui a représenté environ deux mois et demi de travail.
 Il a commencé les illustrations pour le second volume.
 Le tome I pourra se commander sur le site internet à partir du mois de juin
D'après l'article de   Sophie Capelle du journal Ouest France du 12.05.2018
Contacts : site internet www.cœur-de-menhir.fr

 SORTIE ANNONCEE LE  5.10.2018

   DE  DEVOIS MARIE
A paraître mi-mai 2018

PEINDRE N'EST PAS TUER.
( Sur Madigliani )
Saint-Philibert:
Éditions.Cohen&cohen
http://www.cohen-cohen.fr/

Connaissance de l'Auteur et de ses ouvrages précédents 

D'après l'article du journal Ouest France du 17.02.2018
 Nos Crach'ois dans la Grande Guerre

Cinq Crachois pour un immense travail de mémoire
 En remontant le temps et pour rendre hommage aux soldats tombés durant la Grande Guerre,
 l’ouvrage, écrit par cinq passionnés, va s’inscrire durablement dans l’histoire locale.
C'’est l’ouvrage historique (très attendu) que l’on va pouvoir très prochainement feuilleter.
 Dans ces pages,
 ce sont de longues et fastidieuses recherches qui permettent de retracer
 les quatre années de calvaire et de souffrance des 587 soldats, mobilisés durant le conflit de 14-18.
 Lorsque l’on se souvient que la commune comptait tout juste 2 000 âmes,
 on peut facilement évaluer le traumatisme que cet événement de dimension mondiale aura laissé de façon indélébile à Crac’h
. Le chiffre qui laisse sans voix est le nombre de soldats, habitants ou natifs de Crac’h,
 qui ne reverront pas le sol breton : 119 Crachois.
 Si ce livre n’oublie personne, il va encore plus loin : il permet de les faire revivre.
 Et c’est certainement le plus bel enseignement du travail de cinq hommes qui ne se revendiquent pas historiens, mais qui, en réalité, le sont réellement.
 Hier, ils n’étaient que quatre autour de la table à se retrouver comme toutes les semaines, depuis 2013.
 La place de Pierre Le Métour restera à jamais vide
. Il a laissé le soin à ses compagnons de terminer les recherches, emporté trop vite par la maladie.
 « On vivait à deux dans une paire de sabot »
 « Mais on ne l’oublie pas ; sa chaise est toujours autour de la table. C’est lui qui s’est rendu sur les nécropoles »,
explique Laurent Picard, le porte-parole et colonne vertébrale de la troupe.
 À ses côtés, on trouve Alain Cadudal, surnommé le Google de l’équipe,
 Gildas Brazo, le régional de l’étape,
 et la plume Robert Malard.
 « Notre première mission était de restaurer le tableau d’honneur aux soldats sous le porche de l’église.
 Puis, de fil en aiguille, on a été pris par nos recherches,
 et le travail de mémoire autour des 587 soldats mobilisés s’est imposé comme une évidence.
 Mais on ne savait pas à quelle montagne on s’attaquait ! »

Exposition en novembre 2018
C’est le quotidien de Crac’h qui s’est dessiné au rythme des recherches.
 « Il y régnait une très grande pauvreté. Vous vous rendez compte que l’on vivait à deux dans une paire de sabot », insiste Robert.
 Un drame qui peut paraître un peu lointain pour les jeunes générations,
mais qui reste pourtant fortement ancré dans la vie quotidienne
. « On s’est rendu compte que 40 % des familles citées dans le livre sont encore présentes dans la commune ! »
 Le travail, labellisé par la Mission du Centenaire, n’est pas terminé.
 Il reste encore une mission à effectuer : celle de l’exposition qui sera installée à l’espace de l’Océan,
 en novembre prochain.
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"

Propos d'Auteurs
 Laurent Picard,
 le benjamin, a été le porteur de la méthode pour réaliser les recherches.
 « Avec mes collègues, j’ai beaucoup appris. En retraçant les parcours de soldats,
 j’ai pu réhabiliter la mémoire du frère de mon grand-père, qui est en fait mort pour la France
 alors que l’histoire familiale n’avait pas cette information.
 Notre démarche aura permis de mettre officiers et soldats sur un même pied d’égalité.
 A Crac’h, de nombreuses Légions d’honneur ont été remises à nos soldats. »

Gildas Brazo
Nos anciens ne parlaient pas Colonel de gendarmerie à la retraite,
 Gildas Brazo a été le maître en stratégie de l’équipe, apportant sa connaissance du breton.
 « Ce qui m’a marqué, c’est que nos anciens ne parlaient jamais de la Grande Guerre.
 Mon père l’a fait jusqu’à Salonique, mais nous ne l’a jamais expliquée.
 L’autre fait marquant, c’est que l’on connaît bien les faits d’armes des gradés,
très peu ou de façon fragmentée du soldat de base.
 Il était donc nécessaire de parler de ce qu’ils ont vécu. Des atrocités que l’on ne peut imaginer. »

Alain Cadudal
En mémoire de ma grand-mère Alain Cadudal a gagné la réputation d’être incollable
 sur l’histoire dans les moindres détails.
 « Durant la Grande Guerre, j’ai perdu mes deux grands-pères, deux oncles et deux cousins.
 Ma grand-mère a, pour sa part, perdu son mari en 14 et son fils pendant la Seconde Guerre mondiale.
C’est avec elle que j’ai appris l’histoire.
 Durant toutes nos années de recherches, qui ont permis la publication de cet ouvrage,
 je n’ai eu de cesse que de penser à elle.
 Ce livre, c’est un hommage que je lui rends, à ma façon. »

 DE  SARRAZIN  JOSIANE

AUTOPSIE D'UN AMOUR ILLICITE (29.01.2018 )   
 annonce :
sa participation au
Salon du Livre du dimanche 25 mars 2018 à Erdeven   .

"Quant au 2ème roman, je n'en suis qu'au chapitre 12, et je n'ai pas à ce jour d'éditeur, sauf Baudelaire."..

( Ouest France du 10.4.2018 )

COLLECTIF ETEL  AUTREFOIS

Michel Le Leuch, . Michel Perrin et Gregory Nabat ...
Etel

A paraître  prochainement

 Etel DE 1972 à 2000 - De l'aube au crépuscule
Editions Liv'editions ?
www.liv-editions.com/‎



D'après l'article du journal Ouest France du  3.12.2017
Souscription pour créer un livre sur le phare

Plus d’un an après sa création, le feu de l’association Sauvons le phare des Cardinaux
 
est plus vivace que jamais. Un ouvrage est en cours d’écriture.
Le projet
Conjointement à sa mobilisation pour le classement du phare sur la liste des Monuments historiques en vue de erepeindre,
 l’association profite de l’accalmie hivernale pour rédiger un livre inédit sur le phare des Cardinaux.
 « Depuis la création de l’association, on se dit qu’il n’y a jamais eu d’écrits sur le phare,
 et avec le temps, la mémoire se perd, les anciensdisparaissent, les traditions aussi »,
raconte la présidente de l’association Véronique Malamitsas,
 qui le finance intégralement au bénéfice de l’association.

Les grands Cardinaux
Au-delà de son enveloppe, la défense du phare emblématique de Hoëdic passe également
par la préservation de son identité.
Intitulé Les grands Cardinaux, le livre d’une centaine de pages se veut être un ouvrage
à la fois instructif et plaisant à parcourir,
destiné à un large public. Pour se faire, il a nécessité un vrai travail éditorial et d’investigation.
 « Nous avons eu beaucoup de matière », explique la présidente.

Des témoignages
Plusieurs auteurs ont participé à sa rédaction que l’on retrouve au gré des chapitres
l’histoire du vieux phare de Hoëdic par Christine Hartemann ; la position géographique du phare
 la vie de Philippe Viard, gardien de phare ; le naufrage de 1976,
 non seulement du point de vue des sauveteurs hoëdicais.
Mais aussi de celui des naufragés
 Jeanne et Bernard de Ravignan ;
 la Bataille des Cardinaux  de 1759
par Aristide Lévi ; la construction du phare racontée par le spécialiste des Phares en France,
 Vincent Guigueno ; ainsi qu’un texte de l’écrivain journaliste Jean-Paul Kauffmann
qui a par ailleurs fait profiter l’association de ses contacts pour la réalisation du livre.

Un fil rouge
Le député Jimmy Pahun, en sa qualité de skipper de renom, a rédigé  l’avant-propos basé
 sur son expérience autour du phare.
Tous ces chapitres suivent un fil rouge : le récit des témoignages des anciens hoëdicais
 par Véronique Malamitsas. « Ça a été un moment formidable,
 ils ont tous des récits différents sur le phare à raconter ».

Le phare des Cardinaux est une source d’inspiration pour les artistes à Hoëdic.
Un livre lui sera prochainement consacré.

Les illustrations sont également une part essentielle du livre et le ton est donné
dès la couverture avec une photo de Jean Guichard,
 sans compter de véritables trésors comme le reportage photo sur la vie des gardiens
 évoluant parmi les boiseries du phare des Cardinaux, par Daniel Cariou.
 Parution prévue fin avril.
Souscription    www://pharedes cardinaux.com

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Des compléments sur Youtube :  https://youtu.be/la_grR8Y1tU

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
La sortie de l'ouvrage en mars 2018  

De  Nicolas et Heidi  REMY

D'après l'article du journal Ouest France du 12.03.2018

Ouvrage mis en vente au 1 ier avril 2018 

« Le tour du monde en 80 îles »
 bientôt disponible

 De mars 2010 à août 2017, Nicolas et Heidi Remy ont parcouru près de 120 000 km à la voile.
 Ils racontent en images cette fabuleuse aventure.
 Ce couple de quadragénaires est, aujourd’hui, revenu à La Trinité-sur-Mer.
« Enfant, j’avais comme terrain de jeux la baie de Quiberon. Je me passionnais pour le bateau
 Mais mes études puis mon travail m’ont conduit à travers le monde et notamment en Suisse
 de 2005 à 2009, en tant que contrôleur de gestion.
 Mon épouse, que je rencontre là-bas travaillait dans la comptabilité pour plusieurs entreprises »,
 résume Nicolas
. En 2008,
 ils décident pour leur voyage de noce de s’entraîner pendant 3 semaines sur le Trisbal 36,
 un vieux bateau de la fin des années 70 qu’ils avaient acquis.
 Puis, en 2009,
 ils réitèrent cet entraînement et déjà le projet de quitter leur travail respectif et de partir faire le tour du monde
 en bateau est devenu une réalité.
 Ils quittent leur travail et convoient le bateau jusqu’à La Trinité-sur Mer
. D’île en île de 2010 à mi 2013
« C’était un rêve d’adolescent. Et Hiedi a décidé de partager mon rêve »
, glisse Nicolas.
 D’octobre 2009 à mars 2010, ils travailleront tous les deux à préparer le bateau.
 « Puis fin mars 2010, nous ne tenions plus en place.
 Nous avons décidé de partir malgré quelques petits travaux secondaires qu’ils nous restaient à faire. »
 Ils commencent par descendre l’Atlantique en diagonal jusqu’en Amérique du Sud.
 La Patagonie et le pacifique. L’Île de Pâques et la Polynésie Française.
 « Nous avons eu envie de faire une escale de 9 mois. Nous en avons profité pour travailler.
 Personnellement j’ai monté un cabinet de conseil aux entreprises. Cela a très bien fonctionné.
 En 6 semaines j’avais déjà 5 offres de travail »,
 se souvient Nicolas qui précise qu’à l’origine, cette escale de 9 mois n’était pas prévue.

Nicolas Remy
un livre complet avec des photos
 En juillet 2015, le couple décide de prendre la route du retour.
 L’Australie (contournée par le Sud), l’Indonésie, l’océan Indien, l’Afrique du sud en 2016 et
 en 2017 la remontée de l’Atlantique, les Antilles…
 Et le port de La Trinité-sur-Mer fin, en août 2017
. Après le retour et l’installation dans la commune,
 le couple qui avait partagé tout au long de son périple plus de 200 articles sur son blog,
 décide de partager ces moments en photos.
« 120 pages avec de magnifiques photos que l’on peut retrouver sur la carte jointe pour les localiser.
 Ce livre devrait être disponible à la fin mars au prix de 35 €. »
Un partage magnifique en image !
Site :http://tdm80.eu/ 


  :Retour aux annonces

CONTACT

A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z