A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

A PROPOS DU SALON DU ROMAN  POPULAIRE   D'ELVEN
EN 2019 :samedi 7 et dimanche 8 décembre

 D'après  le journal  Le Télégramme du 7.12.2019

Elven tient salon
Ce week-end, Elven tient salon : le salon du roman populaire.

 Voici cinq bonnes raisons d’aller glisser son nez dans cette 20ième édition
 pleine d’avenir.
1 -  Pour l’anniversaire
Le salon du roman populaire vaut le détour parce qu’il se décarcasse pour redonner à chacun son statut
de lecteur.
 « J’ai entendu trop longtemps des gens dire : on n’est pas de vrais lecteurs.
 Quoi qu’on lise, on est lecteur ! Le roman populaire n’est pas une sous-littérature.
 En son temps, Zola était un auteur de roman populaire… »,
 commente Annie Kerviche, responsable de la médiathèque
. Pour sa 20ième édition, le salon se donne encore plus le temps de redonner confiance aux lecteurs
 en leur proposant des rencontres dès le samedi matin.
2 -  Pour échanger avec des passionnés
C’est la spécificité du salon : ses rencontres.
 « On rit, on apprend sans en avoir l’impression, c’est très interactif », explique Annie Kerviche.
 En 45 minutes chacun, une pléiade de passionnés partagent leur passion du patrimoine littéraire,
 sur tous les genres du roman populaire
. Écrivain, éditeur, critique ou essayiste, ils ont des points de vue différents
. La première rencontre à 10 h 30 ce samedi donne le ton :« San Antonio :
 la gourmandise des mots ».
3 -  Pour rencontrer deux lauréates
Jean-François Coatmeur,
lauréat de la première édition,
 disait que le prix d’Elven est « authentique car c’est un prix des lecteurs ».
Pour le 20 , le comité de lecture a choisi le… 20ième roman de Mireille Calmel :
« La fille des templiers », déjà vendu à 300 000 exemplaires.
 La romancière sera à Elven pour recevoir son prix samedi à 18 h et
dédicacer dimanche.20 ans oblige,
 comme le Goncourt, le prix a cette année une déclinaison jeunesse par les élèves du
collège Simone-Veil. Ils ont choisi Sophie Dabat pour « Waste Experiment ».
Elle recevra son prix dimanche à 14 h 30.
4 -  Pour les auteurs d’ici
Il y a une question de budget, mais c’est aussi une volonté.
 À Elven, on rencontre surtout des auteurs de la région, en roman, BD et jeunesse.
« Nous faisons aussi une place aux autoédités.
 C’est comme ça que Bruno L’Her a commencé »,
souligne Annie Kerviche.
 En plus d’une cinquantaine d’auteurs, on peut aussi découvrir de petits éditeurs,
 des libraires et bouquinistes locaux.
5- Pour sa taille
« Notre envie est de garder un rendez-vous à taille humaine, que le salon garde son côté convivial »,
conclut Annie Kerviche.
 Pas de stars qui prennent toute la lumière et qu’on ne vient pas voir pour leur livre mais pour un selfie.
 « Nous invitons des gens qui croient en ce qu’ils font ».

Pratique
Salon de 10 h 30 à 19 h à la médiathèque, rue Saint-Antoine.
Dimanche de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h
au Carré d’Arts. Entrée gratuite 

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"

Renseignements SUR LES SITES :

http://www.csc-elven.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=115&Itemid=144

 
https://www.golfedumorbihan.bzh/elven/salon-du-roman-populaire/tabid/701/offreid/65ed54bb-7824-4d38-9ec5-28827c78aad6
 

 Retour à l'accueil  : 

A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z



CONTACT