A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  c

 COLLECTIF - Arts et Traditions - Association de Gâvres
Gâvres

Notre presqu'île (08.2017)

 Auto-Edition ?
Arts et Tradition
www.gavres-arts-traditions. fr

Découverte de l'Association et de leurs ouvrages par un article de presse
 

  D'après  le journal Ouest France du 4.08.2017

Les premières traces de vie sur Notre presqu'île

L'association édite un ouvrage sur la commune intitulé
« Notre presqu'île ».
L'association Arts et traditions
 vient de sortir un magnifique ouvrage de 100 pages
 qui retrace les réalisations des maires élus depuis la création de la commune en 1867.

L'histoire
Gâvres était auparavant rattachée à la commune de Riantec.
En préambule, l'ouvrage rappelle que
 « les premières traces de vie sur ce petit bout de terre en mer remontent à 2 500 ans avantJésus-Christ »
. La découverte du Dolmen du Goërem, monument mégalithique composé de plusieurs pièces et de gravures, l'atteste.

Autre découverte, plusieurs amphores contenant des pièces romaines ont été découvertes sur l île de Kersahu. Des pièces datant de 200 à 300 ans après Jésus-Christ.

Premiers écrits
Ce n'est qu'au XVe siècle, avec l'arrivée des moines de Saint-Gildas-de-Rhuys, à Porh Guerh, que les premiers écrits apparaissent.
Deux siècles plus tard, pour protéger Port-Louis et Lorient qui sert de siège à la Compagnie des Indes,
 le fort de Porh Puns est édifié.
 Si la pêche et l'exploitation des marais salants sont des activités qui se développent à cette époque,
 la création de la commission d'expertise de Gâvres, en 1829, donnera un rayonnement international à la presqu'île.

Premier maire
Parallèlement, Gâvres s'émancipe et devient commune.
 En 1867, Pierre Cadoret est le premier maire élu de la commune.
 À ce jour, trente-cinq autres premiers magistrats lui ont succédé.
Dans ce cahier, richement documenté avec photos et articles de presse, une fiche signalétique retrace les principales réalisations de chaque élu, depuis la création de la commune.

Des réalisations
On y apprend notamment que Marc Le Guen fut élu sans discontinuer
 pendant quarante-deux ans de 1892 à 1935. Soit huit mandats : le record absolu pour Gâvres.
Plus près de nous, Georges Carton passera trente-deux ans à la barre de la presqu'île de 1965 à 1995.
 C'est à lui que l'on doit la salle Eric-Tabarly, le foyer-logement, la mairie...
Dernier élu, Dominique Le Voudec,
 avec à son actif, l'immense chantier de défense contre la mer ou encore le nouveau bourg.

Ce remarquable travail de mémoire pour fêter les 150 ans de la commune a été réalisé
 par Jean-Georges Driano et Monique Le Gourriérec, respectivement secrétaire et présidente d'Arts
et traditions.

Notre presqu'île, en vente au Comptoir gâvrais ou sur le site d'Arts et traditions. 15 €.

Articles de  presse présentant le travail de l'Association

D'après  le journal du Télégramme du 28.02.2016
Les membres de l'association effectuent un gros travail de recherches historiques sur les origines de la commune.
Ils ont réalisé un premier cahier sur
"le Passage", sorti fin mars2016.
 Un second cahier sur le
"Polygone " sera édité dans le courant de l'année.2016 

Mail : gavres56artstraditions@sfr.fr.
Il est possible d'imprimer le bulletin d'inscription le site de l'association :
 gavres-arts-traditions. s
fr


Des membres de l'Association

D'après  le journal Ouest France du 29.3.2016

Passeur d'eau d'hier, ou quand Gâvres était une île

Jean-George Driano et Monique  Le Gourriec- la présidente- présentant l'ouvrage

Avant 1945, date à laquelle la route qui relie la presqu'île au continent a été construite,
Gâvres était considéré comme une île. L'essentiel des transports se faisait par bateau.

L'histoire
« Les 7 km du cordon dunaire n'étaient quasiment jamais empruntés,
 confirme Jean-George Driano, passionné d'histoire et trésorier d'Arts et Traditions.
 Ce n'était pas facile d'avancer dans le sable, encore moins sur une telle distance. »
Les gens lui préféraient la mer, bien plus confortable et rapide 
« L'essentiel des échanges humains et commerciaux se faisaient par bateau », poursuit le spécialiste.
 Et pour cause, la presqu'île, baignée au sud par l'océan et au nord par la Petite mer,
 n'est, à l'endroit le plus étroit du chenal, qu'à 300 mètres à peine de Port-Louis, sa voisine d'outre rade.

Un mince bras de mer, aisément franchissable, dont le passage a tôt fait d'être commercialisé.

 « Le premier transport payant date de 1774. » 
À cette époque, il se faisait en chaloupe à voile. À son bord, deux passeurs.
 « Le brigadier usait de sa perche pour éloigner la chaloupe du quai, quand le second était au gouvernail. »
Les manoeuvres étaient parfois délicates quand la mer était en colère.
 Sans compter un important trafic maritime, avec la flottille de pêcheurs.
 Et il n'était pas rare d'assister à des embrouilles au quai quand les pêcheurs débarquaient leur pêche.

Par les gués à marée basse
Autre solution pour les villageois, rejoindre le continent par les gués à marée basse.
 L'un se trouvait à proximité du virage de Lines, au lieu-dit Kerfaut, l'autre,
en face de l'île Kerneur, vers Kersahu.

Toutes ces informations sont consignées dans un magnifique recueil de 80 pages,
 richement documenté et édité par Arts et Tradition. 
Disponible au Comptoir gâvrais ou sur le site de l'association
gavres56artstraditions@sfr.fr         
www.gavres-arts-traditions. fr

Prix de vente 12 €.

CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z