A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  C
CINQ FEMMES DU SOURN
Gwenaelle Bernard, Catherine Le Peutrec, Marielle Durand, Veronique Nicolas, Losette Auffret

Lesourn (Pontivy)

Disparition de bergères bretonnes (2005)


Article paru à la sortie de leur ouvrage ( Ouest France du 09.11.2005 )
Histoire de leur travail

Le polar se déroule au Sourn, dans le pays de Pontivy, où elles habitent
Le roman policier de cinq femmes
Cinq femmes du Sourn, près de Pontivy, habituées de la bibliothèque de leur commune, ont uni leurs talents pour écrire un roman policier.
 L'ouvrage est présenté au public ce mercredi 9 novembre 2005, à partir de 17 h 30 à la mairie, lors d'une soirée de dédicaces.
« Disparition de bergères bretonnes. »
 Tel est le nom d'un polar se déroulant au Soum.
Le thème
 L'histoire d'un homme qui arrive dans cette petite commune du pays de Pontivy.
 Il est le seul héritier de sa tante Anna qui n'est pas décédée d'une mort naturelle.
 Dans l'héritage, il y avait un tableau de Gauguin, qui a disparu.
 Un jeune clerc de notaire meurt. Est-ce une coincidence ?...
 On n'en dira pas plus pour l'instant.

Particularité de l'ouvrage :
 il a été rédigé par cinq femmes.
 Ces Sournaises viennent d'horizons différents. Mais elles ont en commun une fréquentation régulière de la médiathèque du Sourn.
 Elles y participent activement, depuis dix ans, aux an-mations comme Lire en fête. Ce-taines années, c'est juste le temps du week-end.
 D'autres fois, c'est l'aboutissement d'un travail de longue haleine sur différents thèmes :
 le théâtre, les marionnettes, les chars, etc.
 En 2004, elles ont choisi l'écriture d'un livre.
« Le projet paraissait digne de nous. Mais on s'est dit qu'il faudrait quelqu'un qui puisse nous aider ”,
 explique Josette Auffret, vendeuse.
 « On ne savait pas par où commencer », ajoute Catherine Le Peutrec, employée d'usine
. Elles ont fait appel à Christian Gouerou, journaliste à Ouest France auparavant en poste à Pontivy.
 Il leur a fait faire des exercices d'écriture pendant quelques séances à partir de janvier dernier
. Après, elles ont poursuivi l'aventure, seules, à raison d'un atelier par semaine jusqu'en juin.
« On écrivait une scène et on retenait ce qui nous plaisait le plus », commente Marielle Durand, bibliothécaire.
 Au fil des mois, la trame a évolué. « C'est un travail en commun d'écriture et de rigolade. »
parlant de « rentrée littéraire du Sourn », comme dit Véronique Nicolas, mère au foyer.
 Preuve que cette entreprise ne leur est pas montée à la tête
. Mais elles reconnaissent de manière très sérieuse les avantages d'une telle expérience.
 « Cela nous a appris la tolérance et l'humilité "commente-t-elle.
 Car accepter que la scène écrite par la copine soit meilleure, ce n'est pas facile », complète Gwénaélle Bernard, secrétaire de mairie
Au fil des séances, cette difficulté a disparu.
 « À la fin, nous n'avions plus ce peur, note Catherine. Il ne restait que le plaisir de se retrouver. »

Le résultat
L'ouvrage fait 116 pages
. Il a édité à 500 exemplaires grâce à des financements de la mairie et conseil général.
 « Le plus difficile c'est d'écrire la fin. La prochaine fois, c'est par là qu'on commencera », sourit Véronique

LIENS à consulter au besoin
http://lesourn.fr/Disparition-de-Bergeres-Bretonnes





CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z