A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  D

DEMARET JACQUES

Belle-Ile
Journal d'un bourlingueur (2015 )
En auto édition  ?

En dédicace en mai 2015

Le journal d'un bourlingueur est le titre du premier ouvrage de Jacques Démaret,
 d'abord paru en édition numérique. (www.guild.ebookhi.org/14.html)

En France, 5 % seulement des Français lisent sur une tablette,
 contre 40 % des Allemands, et 80 % des Américains... »
Son livre a du coup été imprimé. Il le dédicace, ce samedi 16.5.2015

Petite biographie
Né à Paris en 1939, Jacques Démaret n'assouvira sa passion pour la mer que dans les années 70.
 Il est d'abord matelot ; intègre l'école d'hydrographie du Havre et devient capitaine au long cours en 1972.
L'année suivante, il prend le commandement du Star Fish, un bateau de travail utilisé notamment dans le Golfe Persique, au service de l'industrie pétrolière offshore.
« Je ne savais pas quoi écrire à mes parents durant mon séjour dans cette région du monde ; alors j'ai tenu un journal de bord que je leur adressais régulièrement. À mon retour, j'ai eu la surprise de constater que mon père avait tout retapé et relié... »
Il fait lire son oeuvre à des amis qui le décident à la publier.
 Il se met au travail avec le concours de l'écrivain Olivier de Pierrebourg.

Son livre dépeint une navigation particulièrement rude, l'exercice d'un métier dangereux, une expérience rarement rapportée.
Jacques Démaret, établi à Belle Île depuis son retour du Golfe Persique, a été aussi
 éleveur de lapins angoras,
 maraîcher et
 pépiniériste. Il reste très impliqué dans la défense de l'environnement et le milieu associatif.
D'après  le journal Ouest France du 19.5.2015
 



Informations sur le site:

http://guild.ebookhi.org/14.html
A
bord des supplies ( ou un supply ?)
Le 28 septembre 1973, Jacques Démaret embarque sur le Star Fish, bateau de travail naviguant dans le golfe Persique au service de l’industrie pétrolière offshore.
 Il a trente-quatre ans. Devenu capitaine au long cours l’année précédente,
 l’engagement sur le Star Fish lui offrait la possibilité d’en prendre le commandement.
Au début des années soixante-dix, ceux qui travaillent dans l’offshore sont encore des pionniers.
 Pour s’en tenir à ces bateaux de travail – qu’on appelle supplies - sur lesquels des hommes ont à manier des éléments matériels de poids et de dimensions énormes (barges de milliers de tonnes, portant les gigantesques structures des plates-formes et les outils capable de les mouvoir),
 et par tous les temps, c’est un métier dangereux.

  Jacques Démaret va faire l’expérience d’une navigation particulièrement rude.
 Il n’est pas seul dans son cas. Les marins sont nombreux, venus du monde entier pour s’employer dans cette activité bien rémunérée. Une chose est apparemment moins banale : pendant les six mois qu’il passe sur le Star Fish, il écrit un journal.
Très peu de marins ont porté témoignage de ce que fut la vie à bord des supplies et, lorsqu’ils l’ont fait, c’était des années plus tard, en mémorialistes ou historiens.
 Jacques Démaret, lui, ça a été pendant l’action.
Chaque jour il enregistrait, avec deux ou trois doigts, sur le clavier de sa petite machine à écrire, l’extraordinaire existence qui était la sienne à ce moment-là.
 Ce journal de Jacques Démaret, qui fut écrit il y a exactement quarante ans, entraîne le lecteur dans une expérience
qui fut vécue par quelques milliers d’hommes, mais rarement rapportée,
 en même temps qu’il le plonge au cœur d’une aventure personnelle très singulière

Autre  biographie

Né en 1939 à Paris, rien ne destinait Jacques Démaret à devenir marin.
 Lorsqu'il avait vingt ans, la mer s'est présentée à lui par hasard comme l'issue possible d'une existence qu'il ressentait comme mal engagée et sans perspectives.
N'ayant pas les diplômes suffisants, il doit naviguer comme matelots avant d'intégrer une École d'Hydrographie qui forme les cadres de la Marine marchande.
 Après une année passée à l'Ecole du Havre, il navigue, puis retourne par période à cet enseignement, à Marseille cette fois, où il obtient en 1972 le brevet de capitaine au long cours.
 En 1973, quand l'offshore pétrolier explose partout dans le monde, il s'engage dans le golfe Persique où il pourra commander un remorqueur-ravitailleur, un "supply" comme s'appellent ces bateaux dans ce métier.
 L'expérience, très dure, sera pour lui comme l'épreuve décisive qu'il recherchait sans doute dans le choix qu'il avait fait de la mer ;
 il la relatera quotidiennement dans un journal personnel pendant la demi-année que durera l'engagement.
 Il retournera ensuite dans le Golfe pour prendre un nouveau commandement, mais tombera gravement malade et devra être rapatrié. Il naviguera encore quelques années sur d'autres sortes de navires, puis raccrochera en 1978.
 Établi à Belle-île depuis 1971, il créera avec sa femme, Annie, une pépinière dans la commune de Locmaria.
 Depuis 2004, Jacques Démaret est à la retraite
. Ses activités sont nombreuses à Belle-Île dont il s'extrait régulièrement,
 une journée ou deux, pour voir courir le cheval dont il est copropriétaire, les chevaux de course étant une grande passion qu'il a conservée de l'enfance lorsqu'il accompagnait son père, le week-end, sur les hippodromes de la région parisienne

Page réalisée le 14.8.2015



CONTACT
A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z