A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  D

DAVIAUD  ANDRE

Une Guerre interdite (12.2014)

Editions Les Perséides
http://www.lesperseides.fr

 Entretien de présentation du roman :

 C'est son quatrième roman
Article du journal Ouest France du 4.12.2014

Entretien

Pourquoi avoir choisi la guerre d'Algérie comme sujet de votre roman ?

Le sujet s'impose souvent, ici c'est l'histoire de mon frère François qui a fait la guerre d'Algérie comme appelé,
 une guerre dont il parlait peu.
 J'ai lu aussi des recueils de lettres d'appelés à leurs familles, qui montraient bien leur état d'esprit,
 leur incompréhension face à une guerre qu'ils ne comprenaient pas.
 J'avais envie de parler d'un sujet encore tabou.
 Et puis j'ai recueilli des témoignages, comme celui de l'épouse d'un officier avec le sentiment qui reste d'une guerre un peu gâchée, le sentiment que l'Algérie aurait pu rester française.
Et surtout, les périodes de guerre sont, d'un point de vue littéraire et romanesque, riches en expériences,
 on se révèle à soi-même, les gens heureux n'ont pas d'histoires.

Que raconte le roman ?
Ce sont deux histoires, deux personnages, deux destinées.

 La première, raconte le parcours d'un officier qui, après avoir participé dans les forces françaises libres à la bataille de Bir Hakeim, fut blessé en Italie.
 Il s'engagera plus tard dans la guerre d'Indochine.
 Puis l'Algérie, la bataille d'Alger en 57 jusqu'au putsch des généraux en 61.
Le personnage qui a suivi un peu aveuglément un commandant, se retrouve un peu entraîné malgré lui, comme piégé.
La deuxième histoire raconte les péripéties d'un jeune appelé, témoin malgré lui d'une guerre qui n'était pas la sienne.
 Je souhaitais raconter ces jeunes hommes qui, comme mon frère, débarquaient de leur campagne,
dans un autre monde pour se retrouver dans une guerre qui ne voulait pas dire son nom.

Quelle a été votre volonté ?

À travers ces deux destins, deux faces de la France dans une période tourmentée et complexe. Le titre fait référence à la guerre d'Algérie, la guerre interdite, car il faudra attendre juin 1999 pour que la France accepte ce terme de guerre à son propos.

Ma volonté a été de ne pas simplifier, ne pas condamner, montrer les arguments des deux côtés, les pieds-noirs et l'armée qui souhaitent garder l'Algérie française, les politiques avec De Gaulle pour qui ce n'était plus possible et les appelés embarqués malgré eux.

Comment écrivez-vous ?
Écrire est un besoin impératif, quasi physique, quand le sujet est là j'y pense tout le temps, je prends des notes.
 Ensuite comme un artisan, c'est la pratique, il faut tenir sur la longueur.
 En période d'écriture on devient ses personnages, avec un autre monde en soi, presque une double vie.
Je suis professeur de lettres à mi-temps et passionné d'histoire, j'écris pendant les vacances, ce roman, c'est un travail de 2 ans.

Une guerre interdite, édition Les Perséides, les perseides@free.fr ; andredaviaud@free.fr


 

Eléments de biographie

D'après le journal Le Télégramme du 4.12.2014
Originaire de la Rochelle, il s'installe à l'âge de 20 ans à Plumergat près d'Auray.
 D'abord enseignant au petit séminaire, à Sainte-Anne-d'Auray,
 il prend ensuite un poste de professeur de lettre au lycée Sainte-Anne, poste qu'il occupe toujours actuellement mais à mi-temps.
 Petites histoires dans la Grande histoire Passionné des petites histoires qui font la Grande histoire,
 il se lance en 2005, et écrit un premier roman intitulé « La Terre à personne »,
 un livre sur la Grande Guerre.
 Puis vient « Un sourire solaire », un ouvrage consacré à René-Guy Cadou et à la poésie, ses premières amours.
 En 2011, il sort « Mane Vechen », un roman sur une villa gallo romaine située à Plouhinec,
 le long de la rivière d'Etel

Autres renseignements et ouvrage précédent    


Page réalisée le 8.12.2014
      

CONTACT Pour me contacter

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z