A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  D

 DEMION  MICHEL
Le Bono
Le  Secret  du  Puits  de Paul  Gauguin (26.4.2014 )
Editions Alexandra de Saint-Trix
http://www.editions-a-de-saint-prix.fr

Présentation par l'Editeur:

Sa fille a disparu ! Un père éploré demande à Franck, aventurier et humaniste, de l’aider à la retrouver.
C’est le début d’une aventure violente dans le monde interlope de la peinture
. La mort et la torture seront présentes comme des contrepoints à la beauté des couleurs et des formes de Paul Gauguin.
De Lorient à Château-Gontier, en passant par Paris, il lui faudra, pour cette traque,
 parcourir beaucoup de kilomètres et affronter de redoutables et dangereux adversaires.
Elle le conduira à découvrir les dernières années de celui qui disait :
 « La couleur est vibration de même que la musique. L'envie s'impose d'écouter sonner la peinture dans toute sa puissance. On s'en étonne, on s'en pénètre, on en jouit. »
La musique de cette aventure ? Pour Franck : « J’ai entendu le cri que fait la mort »
Le site de l'éditeur
.http://www.editions-a-de-saint-prix.fr/shop/article_0951/%3CBR%3E--%3CALIGN%3D%22CENTER%22%3E%3CSTRONG%3E--Michel-DEMION--%3CBR%3E-%3CBR%3E---%3CI%3E--Le-secret-du-puits-de-Paul-GAUGUIN-%3C_I%3E-----%3C_STRONG%3E--%3CBR%3E-%3CBR%3E-%3CSTRONG%3E--Prix-sp%C3%A9cial-souscription-jusqu'au-30-avril-%3C_STRONG%3E%3CBR%3E.html?shop_param=cid%3D9%26aid%3D0951%26

Article à la  sortie de l'ouvrage

Ouest France du 12.5.2014

Un polar raconte les derniers jours de Gauguin
Le doute subsiste encore sur les conditions de la mort de Paul Gauguin en 1903 aux Marquises.
 Voici qu’un polar, écrit par le Bonoviste Michel Demion, éclaire sa fin tragique sous un nouveau jour
L’histoire
C’est aux îles Marquises, en Polynésie, que s’achève la vie de Gauguin, le 8 ou 9 mai 1903,
 dans une maison sur pilotis, sa « Maison du jouir ».
Le peintre y a aujourd’hui sa tombe, à quatre mètres seulement de celle de Brel,
 dans le petit village d’Atuona.
 On s’y rend en pèlerinage comme on visite le musée qui lui est dédié.
La mort du peintre ne fut pas aussi belle que son œuvre.
Gauguin serait mort d’un excès de drogues en tout genre.
 Épuisé, usé jusqu’à la corde, Gauguin n’était pas un saint.
 En ce temps-là, les pères de la Mission voisine avaient pris l’habitude de le surnommer
 « Gauguin le coquin »
. Ses modèles étaient de jeunes, parfois très jeunes Marquisiennes.
 Son penchant pour l’alcool ou la morphine étaient connus. N’empêche.
 La période marquisienne du peintre fut aussi riche en création.
 On le reconnaît aujourd’hui. Mais il y a plus d’un siècle, ce fut une autre histoire


L'auteur le Bonoviste


D’un simple croquis…
Cette histoire-là, un auteur morbihannais aujourd’hui ancré au Bono, s’y est aventuré.
 Remontant le fil d’une fin de vie ténébreuse à la faveur d’une fiction aux allures de polar,
 Michel Demion signe un 18e ouvrage sur le mystère qui étreint la mort du peintre.
 « À la faveur d’un tour du monde, je me suis posé aux Marquises, raconte l’auteur du Mystère du puits de Gauguin
.On me raconte qu’un parking devait être construit à l’emplacement de l’ancienne demeure de Gauguin et
 qu’un enfant dénommé Timo avait croqué de visu, à l’heure de la mort du peintre, cette fameuse Maison du jouir.»

 Sur ce croquis, une canne à pêche, un puits et une inscription « Gargoulette et absinthe ».
 « À partir du dessin, une poignée d’habitants du village ont fouillé. Ils ont exhumé la margelle d’un puits et
 le puits luimême dont ils ont extrait des bols à cidre bretons, des fragments de faïence Henriot de Quimper,
 des fioles diverses dont l’une renfermait quatre dents. »
 Celles du peintre ?
« On en est sûr à 90 %. Les analyses ADN effectuées aux ÉtatsUnis à partir de l’ADN de ses petits enfants l’attestent.»
  À sa mort, nombre de sculptures et tableaux furent brûlés. Sa fameuse canne à tête de phallus fut brisée :
 « Ainsi finit la pourriture » ,dit alors le commissaire-priseur qui tenta de revendre certaines de ses œuvres.
 Les objets puisés dans le passé du peintre, devenu mythique, reposent aujourd’hui sagement au musée Gauguin d’Atuona.
Mais l’histoire ne saurait s’arrêter là.
 « Cette histoire émouvante me trottait dans la tête, raconte Michel Demion.
J’ai, moi aussi, mené l’enquête à partir du très sérieux rapport de fouilles.
 La vaisselle du puits était le fil rouge qui reliait Gauguin et son paradis à la Bretagne.
 Mon polar y ajoute d’autres ingrédients qui donnent corps à une nouvelle histoire autour de sa vie.
 Les tribulations de Gauguin ne pouvaient s’arrêter ainsi … »
Pierre WADOUX.

Biographie    Bibliographie( sélective)

Michel DEMION
Après une belle carrière de directeur et développeur de foyers de jeunes travailleurs,
 il entame à 66 ans son tour du monde d’un an sac au dos.
Breton de cœur et d’engagement, après avoir visité 66 pays, il a jeté son ancre dans le Morbihan pour continuer à vivre sa passion d’écrivain.
Déjà son 18ème livre
.
 


en 2003


en e-book

    
                  le 1.6.2007                                     le 1.3.2010

 

            


LIEN(S) à consulter au besoin
Le blog de l'auteur: http://partance.over-blog.net/





CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z