A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  G  

 GENIE  COLETTE
Vannes
Auto edition ?


Journal d’une combattante intranquille  (29.11.2017 )

Découverte de l'Auteur par un article de presse
 

D'après l'article du journal Ouest France du 24.09.2019
de Lionel CABIOCH
.

Camille met en scène son combat contre le cancer .

La Vannetaise va adapter son histoire au théâtre.
Elle témoigne pour qu’à l’avenir ses questions et celles des malades,
 sur les causes des cancers, ne restent pas sans réponse.

Portrait

« Ne regrettez rien, ne lâchez rien, je vous aime, mais surtout vivez pleinement vos rêves ! »
 La conclusion de ce testament, l’amoureux de Camille Génié et
son fils n’auront, par chance,
 pas eu à la découvrir dans l’étude glaciale d’un notaire vannetais.
Camille est bien vivante. C’est une survivante.

 Le lymphome, son foutu cancer, elle l’a combattu et l’a même battu !
 « J’ai fui la mort. En courant. En riant. En passant à côté »,
écrit-elle dans
 Journal d’une combattante intranquille.
 
Elle va l’adapter au théâtre, à l’occasion d’Octobre rose, grâce au soutien financier de Faire face ensemble,
 l’association qui l’a accompagnée pendant ses traitements.
Pronostic vital engagé
 Sur scène, ça ne sera pas elle qui campera son propre personnage.
 Pourtant, elle a appris le métier de comédienne au prestigieux Cours Florent, à Paris.
« Je connais trop bien mon histoire pour la jouer. J’ai préféré qu’une autre s’en empare. »
 L’autre, c’est Nathalie Penven
. Une copine comédienne, infirmière de profession, qu’elle a rencontrée en rejoignant la compagnie vannetaise Ni Plus Ni Moins, quand elle a décidé de poser ses valises dans le Morbihan.
 « C’est une magnifique personne : humaniste, forte et exubérante.
 Quand je lui ai proposé d’endosser le personnage,
comme elle est assez folle et qu’elle a beaucoup de choses à dire en tant que soignante, elle a dit oui ! »
Depuis près d’un an,
 elle travaille avec elle à raison de deux heures par semaine, pour être fin prête le 5 octobre 2019,
 jour de la première au Triskell, à Ploeren. Dans ce spectacle, la comédienne sera seule en scène.
 Elle retracera l’histoire de Camille, mais pas seulement.
« Mon message ne s’adresse pas qu’aux personnes concernées de près ou de loin par le cancer.
 Chacun peut être touché par rapport à sa propre histoire. »

 Et comment pourrait-il en être autrement ?
 Car Camille, à travers son récit de vie, touche nos peurs et nos angoisses du bout des doigts.
« Mon pronostic vital était engagé. Les traitements très invasifs ont duré six mois.
 Je  me suis rapprochée de la mort. Il fallait que j’aille vite. »
Sans réfléchir, cette urgence s’est traduite dans l’écriture.
 « Pendant qu’on m’annonçait le diagnostic, je prenais des notes. C’était plus fort que moi.
Rétroplanning, plan d’action… ça me connaît. J’ai fait des études de management.
 Pour moi, écrire a été spontané, sans savoir ce que j’allais en faire.
 En jetant des mots sur le papier, j’avais envie de classer quelque chose qui allait devenir un souvenir de vie,
 comme si je rédigeais un carnet de voyage… »
 Un cas à part.
 « Les soignants étaient étonnés car, généralement, les malades sont plutôt dans la sidération. »
« Personne n’est à l’abri » Camille Génié a vaincu un cancer il y a 5 ans.
 Elle en a fait un livre qu’elle va adapter au théâtre, à l’occasion d’Octobre rose.

Ça donne une écriture tantôt chirurgicale, tantôt teintée d’émotions, quand elle décrit les soins, les échanges avec les soignants,
 le soutien des proches…
 Aujourd’hui, elle veut témoigner pour qu’à l’avenir ses questions et celles des malades sur
 les causes des cancers ne restent pas sans réponse : « Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi cet organe ?
 Pourquoi cette taille ? Pourquoi… »
Aujourd’hui, Camille arbore un large sourire :
 « Je suis guérie, mais le cancer peut récidiver. En fait, je crois qu’on n’est jamais guéri de son cancer dans sa tête. »
Camille vit quotidiennement avec « l’intranquillité », comme le titre de la chanson de Christine and the Queens,
 qui figure dans la bande-son de sa pièce.
 « Personne n’est à l’abri. Quand j’ai écrit mon livre, 1 000 personnes étaient diagnostiquées par jour. Aujourd’hui, on en est à 1 100 !
 Il faut plus que jamais continuer à faire du bruit pour que ça se sache… »

 


Résumé  du livre par  la BNF

https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb45307219b

Mon héroïne, Camille la combattante est une fille comme les autres…
 Elle s'est confiée à moi régulièrement, dès qu'elle a été propulsée sur un chemin parallèle à sa vie initiale.
 Je veux lui dire merci de ne jamais avoir lâché, car je me suis attachée à elle.
 J'ai tenté d'être fidèle à sa parole en mettant des mots sur l'épreuve vécue.
 Elle est tantôt combative et déterminée, tantôt épicurienne & résignée…
elle a été projetée à l'aube de ses 34 ans,
dans une vie parallèle inouïe qui la met en scène au cœur de ce qui conditionne
 la Vie trépidante qu'elle pensait se choisir… » [source éditeur]


Petite biographie
sur le site
https://www.ruedelechiquier.net/auteurs/152_camille-g%C3%A9ni%C3%A9
Passionnée par les arts vivants, issue de la promotion Maria Casarès du Cours Florent,
Camille Génié joue, met en scène, écrit
 intervient lors d’ateliers artistiques qui allient le rapport à l’oral et à l’écrit, au sein,
 entres autres, de la Compagnie Ni Plus Ni Moins qu’elle a rejointe en 2015,

 .
 lors de son installation en Bretagne.
 Dévouée à la littérature comme elle l’est à la scène, Camille a publié en autoédition le Journal d’une combattante intranquille, parcours d’une jeune femme atteinte de cancer
. Écrire et réaliser des livres sont pour elle le moyen de toucher un vaste public sur des sujets essentiels, avec humour et poésie.

Autre Source:
Renseignements complémentaires sur le site:Kisskissbanqbanq  auquel l'Auteure avait fait appel:

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/journal-d-une-combattante-intranquille
et site à consulter pour l'achat de l'opus


Autre ouvrage
en collaboration avec lauteure-illustratrice Pascale Bougeault

D'après  le journal du Télégramme du 18.10.2018
Comment maman a tué le chef des pamplemousse
.
 Un regard d’enfant sur le cancer

Son petit garçon était un jeune aidant de 3 ans et demi quand Camille Génié a tué le chef des pamplemousses.
 Avec la complicité de Pascale Bougeault, ils rendent cette expérience universelle.

Il était une fois un petit garçon devenu « aidant » et sa maman combattante. Plutôt que de cacher sous le tapis leur aventure face au cancer, Camille Génié et son fils, avec la complicité de l’auteure-illustratrice Pascale Bougeault, ont choisi de la partager dans un album jeunesse plein de poésie

« Avec 400 000 nouveaux cas de cancers par an et trois millions de personnes qui ont été malades en France, je me suis dit que d’autres parents, grands-parents ou tontons-tatas pourraient trouver utile un livre jeunesse sur le sujet. Entre la jambe dans le plâtre et la mort, il n’y avait pas grand-chose pour les petits sur l’hôpital… », constate Camille Génié.

 15€ chez  l' Editeur Rue de l'Echiquier
https://www.ruedelechiquier.net/jeunesse/196-comment-maman-a-tu%C3%A9-le-chef-des-pamplemousses.html

Connaissance de l'Illustratrice
par son site:
  https://www.pascale.bougeault.illustratrice.org/

Page réalisée le 28.10.2019

CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z