A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     K

KOSMICKI  GUILLAUME  Musicologue Conférencier
Pluméliau
Musique electronique: des avant-gardes aux dancefloors  (21.01.2016 )

Editions Le mot et le reste
http://lemotetlereste.com/

Présentation  par l'Editeur

Musiques électroniques - Nouvelle édition-
Des avant-gardes aux dancefloors

Un ouvrage passionnant qui réussit le pari de traiter avec exhaustivité le large domaine des musiques électroniques ..Sophie Rosemont – nonfiction.fr

L’histoire de la musique du XXe siècle est profondément marquée par l’apport de l’électronique.
 Cette aventure, d’abord technologique, a commencé dès le début du siècle avec le développement de l’enregistrement et l’apparition des premiers instruments de synthèse sonore.

 Mais c’est dans les années cinquante
qu’un élan impulsé par des musiciens savants consacre la naissance des premiers styles purement électroniques.
 De manière plus ou moins directe, ces avant-gardes ont influencé l’apparition de nombreux genres musicaux populaires comme le dub, le hip-hop, l’electro, puis la house et la techno.
 La technologie a servi de fil conducteur à toutes ces expériences,
 tout comme l’intérêt primordial pour le son.

DJ
 Depuis les premiers essais de John Cage avec des tourne-disques joués en direct en 1939,
le phénomène du DJ a pris une ampleur considérable pour le consacrer comme véritable créateur,
depuis les sound-systems jamaïquains
 jusqu’au développement des night-clubs de New York, Chicago, Detroit puis d’Europe.
 Le mouvement techno, au travers des raves et surtout des free parties, s’est révélé être une véritable contre-culture.
 Pour compléter cette approche historique, l’auteur propose une sélection anthologique d’albums.
 Cette nouvelle édition comporte un chapitre supplémentaire et une sélection augmentée qui dénotent de récentes évolutions remarquées
Prix 25€


Biographie
  :


 

D'après  le journal Ouest France du 28.02.2016
« Mieux comprendre le monde avec la musique »

Enseignant en musicologie et habitant Pluméliau, Guillaume Kosmicki est LE spécialiste des musiques électroniques en France.

 La musique est utile.
 C’est un moyen de comprendre le monde, de s’y sentir bien. »
 Enseignant-conférencier indépendant et violoniste à l’orchestre de Vannes, Guillaume Kosmicki parcourt la France entière pour donner des conférences en musicologie ou des cours en universités.
 Spécialiste des musiques électroniques, le quarantenaire – originaire du NordPas-de-Calais – a été l’un des premiers en France a réalisé des recherches sur les raves et free party,
 devenant ainsi l’une des références en la matière.
 Pourtant, rien ne prédestinait ce passionné de « toutes les musiques » , aujourd’hui installé à Pluméliau, à ce parcours hors norme.
 Cette voie musicale, il la doit à un père « qui a voulu faire faire à ses enfants toutes les activités qu’il n’a pas pu pratiquer dans son enfance, passée dans un bassin minier."


«j’ai testé la musique, plein de sports et même la danse ! »
 Mais lui en pince pour la musique. Il apprend le violon en cours, la guitare en autodidacte.
 « Adolescent, j’étais fou de ça. »

Les premières raves
Plus tard, il choisit des études de musicologie, à l’université d’Aix-en-Provence, où il enrichit sa culture musicale.
Curieux de tout, il « avale » les disques.
 « Je venais de la campagne, il manquait donc quelques cases à mes connaissances. »
 Il se met donc à tout écouter, du plus classique au plus underground
. Puis, il entend parler des premières raves, « qui, à l’époque, étaient connues de très peu de gens ».
 En mai 1994, il participe à son premier rassemblement.
« Cela a été un choc. Musicalement, ça ne ressemblait à rien : pas de début, pas de fin, pas vraiment de scène,
 pas d’applaudissements …
 Là, ce sont les gens qui faisaient le spectacle.
 C’était une sorte d’expression libertaire, où la forme musicale correspondait aux idées. »
 Puis viennent les « free » , où « toutes les limites de la société et de la musique sont remises en cause.
 Il n’y a pas de stars. Tout s’enchaîne, sans hiérarchie.
 Et pourtant, chaque son est important », analyse le passionné, qui découvre un nouveau milieu.

Musicien électronique
En parallèle, il poursuit ses études et entre en maîtrise.
 Poussé par son professeur de sociologie de la musique Jean-Marie Jacono,
 il fait des musiques électroniques son sujet de maîtrise.
 « Il n’y a rien sur ce sujet encore, il n’avait jamais été étudié. Ça a été ma chance. »
 Il va encore plus loin en devenant lui-même musicien électronique
 sous le pseudo de Tournesol dans un collectif punk appelé Oko System.
 Guillaume Kosmicki a ainsi été le premier à publier sur les musiques électroniques faisant de lui une référence en la matière.
 Mais pas question pour lui d’être cantonné à cette spécialité :
 « Je suis curieux de tout », assure-t-il avec passion.
 Depuis sa maison à Pluméliau, où il aime se ressourcer, il prépare d’ailleurs le dernier opus d’une série sur les « musiques savantes au XXe siècle », expliquées par le prisme de l’histoire, à paraître fin 2016.
Stéphanie HANCQ.

Bibliographie:

 Sur son site:
http://guillaume-kosmicki.org/publications.html
 L'ensemble de ses nombreuses  productions est à découvrir dont celui-ci

http://www.amazon.fr/Guillaume-Kosmicki/e/B004N2E6M4 

La free party est la branche clandestine et radicale de la rave.
 Issue d'Angleterre, profondément liée à des modes de vie nomades et alternatifs,
elle s'est agencée comme une véritable contre-culture dans les années quatre-vingt-dix.
C'est en France, en Italie et en Tchéquie qu'elle a connu son plus fort développement jusqu'à un âge d'or,
 au terme de la décennie, suivi d'une répression violente dans les années deux mille.
 Pourtant, aujourd'hui, plus de quinze ans après ses débuts discrets,
 de nombreux jeunes s'investissent encore dans l'aventure.
 Ils créent leurs sound-systems, organisent des teufs légales ou illégales et partent en voyage toujours plus loin pour diffuser leur mode de vie et leur musique.

 Au travers d'une quarantaine de témoignages,
 l'ouvrage propose, sans aucune hiérarchie entre les intervenants, à l'image de l'utopie de la free party,
 de montrer comment elle a changé leurs vies et orienté leurs choix.
 Sans masque, ils racontent leur monde de voyages, de rêves, d'utopies, de passion et de galères


Page réalisée le 20.03.2016

CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z