A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  K

 
  KERITY     YVES
Vannes
VINO   BANCO  ( 05.2018?)

Editions Saint-Honoré

http://www.editions-saint-honore.com/

Découverte de l'Auteur par un article de presse

 Vino Banco  :
 une histoire d’héritage d’Yves Kerety
La saison est propice à la lecture.
Parmi les premiers romans locaux,
 « Vino Banco » est un voyage rafraîchissant au pays du vin.

 Qui se cache dernière Yves Kerety ?
 Un retraité vannetais qui a travaillé pendant 40 ans dans des bureaux pour de l’expertise comptable.
 J’ai passé mon enfance rue Hoche.
 Au départ, j’étais nul en tout, mais au fil des opportunités,
j’ai appris à faire de la photo, à connaître le vin, j’ai fait un peu de piano,
 j’aime écrire.
Ce roman a eu la même destinée qu’un vin de garde ?
C’est vrai que je l’ai écrit en 1991 et qu’il n’est paru qu’il y a quelques semaines.
 Cette année-là, j’ai été figurant dans le film de Philippe de Broca : « Les clés du paradis »
. À l’époque, j’avais une certaine ressemblance avec Gérard Jugnot,
 dont j’ai fait la silhouette, de dos.
 Le film était tourné dans une très belle maison donnant sur le golfe, à Arradon.
. C’est cette maison qui m’a donné l’idée d’écrire un roman.
 Je l’ai mêlé à mon goût du vin. Je l’ai écrit très vite, à la machine.
 Je l’ai relu. Je l’ai trouvé très mauvais et il a disparu au grenier jusqu’en 2016.
Là, je me suis dit : une fois dans la vie, je m’offre de faire un livre. Je l’ai remis à jour, élagué.
Au départ, mon idée était d’en donner un exemplaire à chacun de mes deux enfants.

 C’est un roman léger, vif par ses dialogues très présents…
 J’écris même mes mails comme ça, comme si je discutais avec mon interlocuteur.
C’est naturel chez moi. De l’école à l’armée puis au boulot, j’ai toujours fait rire les autres.
 Ce livre ne sera pas un prix Goncourt, mais j’espère qu’il fait du bien, qu’il permet de s’évader un peu.
 Je voulais quelque chose de paisible, avec des gens qui s’entendent bien, sans violence, meurtre ou sang.

Ce portrait de famille est drôle mais un peu acide…
J’aime me moquer des tics de langage, comme les « voilà » qu’on entend à toutes les sauces,
 de la bourgeoisie bien-pensante.
 Dans le milieu où je travaillais, mon quotidien c’était des gens confrontés à un décès, un accident, la maladie…
 Il y a des familles qui ne voient pas combien ils ont des gamins doués.
 Parce qu’ils rêvent d’un intellectuel, pas d’un manuel.

 Êtes-vous aussi passionné de vin que vos personnages ?
 Je m’y suis mis après avoir eu honte deux fois…
 À la fin des années 1970, je m’offrais quelques très bonnes bouteilles de vins de temps en temps.
 Chose aujourd’hui impossible.
 Et miracle : j’ai eu la chance d’être invité par le baron Philippe de Rothschild au domaine de Mouton Rothschild.
Comme Bruno dans le roman, je connais par cœur les peintres qui ont créé les étiquettes.
 J’ai aussi eu l’occasion de visiter Château Yquem…

 Envie d’un deuxième cru ?
 Je ne sais pas. Comme un grand écrivain, j’ai été en rupture de stock sur Amazon !
 Même Victor Hugo n’a pas connu ça… Mais je ne sais pas de combien était le stock.
 Et comme un grand écrivain, j’ai le syndrome de la page blanche.
 Je réfléchis. J’ai déjà écrit des nouvelles.
 Peut-être quelque chose autour de la musique classique… On verra.
 Pratique
« Vino Banco » d’Yves Kerety (18,90 €) chez Saint-Honoré éditions
D'après  le journal du Télégramme du 2.07.2018


 Présentation  par l'Editeur

http://www.editions-saint-honore.com/produit/6047/

La dernière phrase du testament d’Henri Ribemont

 à l’égard de ses quatre petits-enfants est pour le moins étrange.
Elle va déclencher un incroyable périple
 que quatre frères et sœurs vont tenter de mener à bien, notamment dans les prestigieux domaines de Château Mouton Rothschild et Château Yquem,
 afin de solutionner un jeu de piste concocté par leur grand-père,
 passionné d’œnologie, qui leur permettrait d’hériter,
 mais seulement en cas de réussite,
 d’une vieille masure sur les bords du magnifique Golfe du Morbihan,
Un suspense qui va aller grandissant, car ce bâtiment en ruines
, ne cacherait-il pas autre chose ?

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Né à Paris, il habite Vannes depuis sa plus tendre enfance.. Marié, quatre enfants. Il est désormais retraité
. Ce passionné de musique classique, de sport, de grand vin et de modélisme ferroviaire
C'est signe ici son premier roman.

Page réalisée le 23.08.2018





CONTACT

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z