A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     L

 LE GUENIC  René
Le Faouêt

Morbihan  Mémorial de la Résistance (2013)


 Au moment de sa réédition juin 2013:

Ouest France du 5.5.2013
Le Faouët - 05 Mai 2013
Après plusieurs années de recherches historiques, sur la Seconde Guerre,
 dans l'extrême ouest du Morbihan, et une partie du Finistère sud,
 René Le Guénic a réalisé deux livres :
 Les maquisards chez nous en 1944 et Ces héros venus de l'ombre
.A travers ces recherches, l'historien a découvert plus de 600 lieux de mémoire,
 certains possèdent une stèle
.Ainsi est paru un nouvel ouvrage Morbihan, Mémorial de la Résistance.
 « Il s'agissait de recenser, autant que possible, dans un même ouvrage, les monuments,
 stèles et plaques dédiés à la Résistance dans le Morbihan »
, explique l'auteur.

La première édition de cet ouvrage, sortie en décembre 1998, s'est trouvée épuisée,
 tout comme l'ouvrage de René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944.

« Depuis la première édition, de nouveaux monuments ont été érigés dans notre département, aussi, une nouvelle édition, mise à jour, a été éditée. »
Il est possible de se procurer l'ouvrage, par e-mail : reneleguenic@sfr.fr
 


Propos de l'auteur sur son ouvrage

" En réunissant dans un album, les stèles et les plaques qui jalonnent notre département,
 j'ai voulu constituer un mémorial des résistants du Morbihan morts au combat
ou martyrisés ou encore déportés
, les faire connaître et mesurer l'abnégation et
le courage dont ils ont fait preuve face à l'occupant nazi.

Cet ouvrage m'a demandé énormément de recherches et beaucoup de temps,
mais l'oeuvre en valait la peine
: elle ne pouvait être entreprise sans les précieux concours qui m'ont été apportés tant par les familles des disparus que par les mairies concernées,
 ce dont je leur suis très reconnaissant.
Ma satisfaction est aussi d'avoir conçu un répertoire permettant de découvrir les lieux
 où sont érigés ces monuments, stèles ou plaques pour toute personne
 désireuse de venir se recueillir et témoigner sa reconnaissance à ceux et à celles
 qui ont fait le sacrifice suprême pour leur pays.

C'est un devoir pour tous de leur dire merci.
Qu'ils reposent en paix ! "

Portrait

D'après le journal Ouest France du 11 décembre 2013
René Le Guénic est passionné par l'histoire de la Résistance
. Il s'est plus particulièrement intéressé à l'année 1944.
 « J'ai travaillé à partir de témoignages, documents et photos de l'époque
pour raconter les hauts faits, les drames, les accidents qui émaillèrent la vie des résistants »,
raconte-t-il.

René est plâtrier à la retraite.
 Il est né en 1938 au village de Tortu à Priziac.
 Ses ouvrages s'appuient sur des témoignages de personnes ayant participé aux événements de cette période, ou bien celui de familles ayant connu l'Occupation.
Souvenirs d'enfant
Par ses livres, il veut transmettre ce qu'il a vu et ressenti,
 enfant, durant la période de la Résistance.
« Il y a des choses qui marquent, comme les conversations entre adultes,
 qu'on ne pouvait pas ne pas entendre et, plus douloureux,
 la découverte d'un cadavre dans la lande de Menorven, à Priziac.
 J'avais 5 ans et demi, et je mesurais déjà le danger auquel s'exposaient les Résistants qui devaient changer souvent d'endroit »
, explique-t-il.
 

Auteur-compositeur
René Le Guénic a également composé une mélopée pour le 40e anniversaire de Landordu,
 une fosse où seize patriotes furent fusillés par les Allemands.
 Il a également publié, dans Les maquisards chez nous en 1944,
 deux textes et partitions musicales en hommage à La Germaine
, jeune fille de 18 ans tuée accidentellement à La Croix-des Nations, le 6 août 1944.
L'autre chanson qui s'intitule Jean-François conte l'histoire de ce jeune Lorientais abattu au camp de Kerfur en Priziac, le 9 juin 1944. Inscrit à la à la Sacem depuis 1965, René est également connu pour avoir joué de la guitare et
 chanté dans plusieurs orchestres régionaux. « Je chantais des chansons d'Aznavour, Escudero, Ferrat, Barrière... »,
 commente-t-il.
René est vice-président et délégué cantonal du Souvenir français pour le secteur de Gourin-Le Faouët..


Le 6 juillet 1944...

Seize résistants étaient fusillés à Landordu

 « Voilà, c'est à cet endroit que seize résistants ont été fusillés à l'aube du 6 juillet 1944,
 annonce René Le Guénic en désignant une surface blanche gravillonnée.
 C'est là que la fosse a été creusée le mercredi 5 juillet, par les Russes blancs e
t que les corps des hommes ont été déposés tels des sardines dans une boîte de conserve. »

Groupe Vengeance
Parmi ces résistants, cinq appartenaient au groupe Vengeance, de Gourin.
 Ils furent arrêtés à Plouray, fin juin, lors d'un parachutage d'armes.
 Il s'agit d'Yves Faucheur (22 ans), de Langonnet ; Jean-Louis Poher (22 ans), Joseph-Marie Le Corre (23 ans),
François-Marie Le Roux (24 ans), tous les trois de de Gourin ; et d'Antoine Marchica (29 ans), réfugié de Lorient à Langonnet.
Deux autres avaient été arrêtés le 19 juin au retour de la bataille de Saint-Marcel du 18 juin :
 Joseph Le Bourgès (43 ans), gendarme de Saint-Pierre-Quiberon, pris à Sérent ; et Francis Mostade (20 ans),
 de Plescop, arrêté à Malestroit
.

Quatre inconnus
Parmi les fusillés figuraient aussi Roger Garnier (20 ans), de Plouray, qui fut arrêté chez lui ;
 Yves Herviou (24 ans), de Scaër, pris lors d'un contrôle allemand dans un village de Lanvénégen ;
François Le Guyader (32 ans), de Mellionnec (Côtes-d'Armor), chef de section, arrêté le 1er juillet à Kergoat en Langoëlan ;
 Joseph Palaric (50 ans), arrêté chez lui à Poërdut, le 18 juin ; et
 François-René Nicolas (23 ans), d'Arzano d'après le rapport de la Croix-Rouge.
Quatre autres fusillés restent inconnus.
 « Il y avait probablement parmi eux Emile Le Gouallec, d'Inguiniel, arrêté le 2 juillet lors des fêtes du bourg,
 mais rien d'officiel pour le moment », explique René Le Guénic.

Tous ces hommes furent emmenés à l'école Sainte-Barbe du Faouët, où siégeait momentanément une cour martiale allemande.
 L'actuel collège servait également de prison et des actes torture y ont été pratiqués.
 Plusieurs dizaines de résistants y furent condamnés à mort en quelques jours seulement.

CONTACT      

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z