A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     L

   LOOSDREGT  GERARD
Pluneret
L'ODEUR  DE  LA  VASE (3.03.2018 )
 Auto édition
 gerardloosdregt@gmail.com
 

Article paru à la sortie de son ouvrage  

D'après l'article de Sophie  Martinez  et la photo
 du journal Ouest France  du 4.04.2019
 

Scaphandrier à la retraite, Gérard Loosdregt, 71 ans,
 retrace son parcours dans L’odeur de la vase.
 Un livre témoignage, écrit à Pluneret (Morbihan), dans lequel il veut « lever le voile » sur un métier méconnu.

Quand on regarde l’énorme scaphandre dans la main de Gérard Loosdregt,
 on s’imagine des histoires de trésors.
 Le commandant Cousteau, Tintin et le secret de la Licorne et
 tant d’autres livres qui ont élevé les scaphandriers au rang de curiosité.

 Mais, dans la réalité, que fait un scaphandrier ?
C’est fort de ce constat que Gérard Loosdregt a décidé d’écrire un livre témoignage.
 Le sujet ? Son métier de scaphandrier.
« Les gens nous imaginent toujours dans les épaves des bateaux ,
 s’amuse le colosse à la carrure de rugbyman.

 

 Mais j’ai passé plus temps dans la vase qu’autre chose. »
 Pendant 45 ans, Gérard a plongé tous les jours. Le gros de son boulot : les travaux en immersion.
« Par exemple, faire une soudure ou réparer un navire dans un port. »

Un métier dangereux
Il faut dire que l’homme de 71 ans a un parcours particulier.
Dans les premières lignes de son ouvrage, il écrit :
« Je suis né pratiquement mort au fond du village, noir, cyanosé, le cordon ombilical entouré autour du cou. »
 Une enfance difficile, un père mort très jeune et un engagement dans la marine à seulement 17 ans.
 « J’avais pas les moyens de faire des études , tonne le basque avec son fort accent du Sud-Ouest. Alors j’ai fini par plonger. »

Cela fait maintenant 10 ans, depuis son arrivée à Pluneret dans le Morbihan, que Gérard Loosdregt a raccroché le scaphandre.
 « Une retraite bien méritée » , souligne sa femme, Isabelle.
 Car scaphandrier est un métier difficile, souvent dangereux, qui laisse des traces. « Longtemps, il a fait des cauchemars » ,
 assure Isabelle avec tendresse.
 « Je manquais d’air et ça me réveillait » , admet l’ancien plongeur.

Il se rappelle parfois cet accident, au Maroc, qui a failli lui coûté la vie.
 « Je réparais une conduite d’eau envasée, ma jambe s’est coincée en dessous à cause de la houle.
 Je suis resté bloqué des heures. »
Gérard s’en sortira avec une hémorragie interne et une belle frayeur.

Des aventures hors normes
Mais ce danger, le scaphandrier ne veut pas en faire la pierre angulaire de sa profession.
« J’ai surtout eu de très beaux moments » , lâche-t-il tout sourire
 Il égrène ses souvenirs.
 Ce voilier, le Gitana, qu’il a ramené à l’envers au port de Fécamp.
Cet immense pétrolier sous lequel il a plongé et découvert l’hélice du bateau littéralement arrachée.
 Autant d’histoires romanesques qui remplissent les pages de son ouvrage.

Aujourd’hui, Gérard Loosdregt continue de plonger.
 « L’eau, c’est devenu une seconde nature » , constate-t-il.
 Mais il a troqué son scaphandre rouillé et sa vase brunâtre contre de l’eau azure et
 une combinaison de néoprène.
 « Maintenant, je peux même plonger avec lui » , s’enthousiasme Isabelle.
 Et c’est peut-être ça, finalement, son vrai trésor.

 

Prix  15 € plus 6€ de frais de port. :commandes par mail à son adresse  gerardloosdregt@gmail.com


 La Quatrième de couverture...

On attribue volontiers à Aristote la fameuse citation :
 Il y a trois sortes d'hommes :
 les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer.
 Certains affirment qu'il s'agit de Platon, voire d'un autre penseur grec. Mais peu importe, le propos est suffisamment élogieux pour avoir traversé les siècles.
 Toutefois, si les membres de l'Ecole philosophique avaient pu juger de l'évolution des hommes dans leurs activités sous-marines,
 ils auraient probablement écrit : ...ceux qui vont sur et sous la mer.
 Nul doute que ces derniers font partie, eux aussi,
d'une race hors du commun, de ces aventuriers qui,
 par nécessité ou curiosité, ont écrit l'histoire de la pénétration de l'homme sous la mer.
 Gérard Loosdregt est de ceux-là.

Scaphandrier, il appartient à cette corporation pour laquelle métier se conjugue obligatoirement avec passion.
Ce livre est un véritable témoignage,
 car il met en exergue toute une vie de labeur ponctuée de joies, de peines, de drames,
 de rencontres et d'amitiés viriles.
 Sans ambages, c'est dans un style franc et direct que l'auteur nous décrit par le menu une existence
 où l'odeur de la vase se respire au quotidien.



Page construite le
 21.04.2019


CONTACT  

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z