A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     L

 LE JEUNE  REGINE
Lorient

La noyée de Zanflamme (22.11.2021)
Editions LE LYS BLEU
https://www.lysbleueditions.com/

Découverte de l'Autrice par un article de presse
 D'après l'article du journal Le Télégramme du 2.12.2021 (Katell Brélivet)

À Lorient, la syndicaliste sort son premier polar

Une semaine après la sortie de « La noyée de Zanflamme »,
 les retours sont déjà très positifs.
 L’auteure est prête pour des séances dédicaces et discussions avec les lecteurs. : Régine Le Jeune, figure syndicale bien connue à Lorient, vient de sortir son premier roman, « La noyée de Zanflamme ».
 Un polar 100 % local, écrit pendant le confinement et inspiré de l’actualité sociale du moment.
Depuis la rentrée, Régine Le Jeune est sur tous les fronts.
 Celui de l’actualité sociale d’abord.
 Mais le dernier combat de cette responsable syndicale est inédit :
l’écriture d’un polar. « La noyée de Zanflamme »
, son premier roman, sorti ce 22 novembre 2021, aux éditions Le Lys Bleu.

La parole aux invisibles et aux petites mains
Un livre écrit en plein confinement :
 « J’ai eu besoin de poser les mots des autres : tous ces témoignages de collègues qui me racontaient leur quotidien en Ehpad, à l’hôpital, l’enfermement des résidents… » L’envie aussi de rendre hommage et de faire exister tous les invisibles dans les personnages de son livre :
« Les petites mains qui ont tant fait pendant la covid, en mettant leur vie entre parenthèses pour s’occuper des plus fragiles.

Une période compliquée qui a marqué la mémoire collective et dont j’ai voulu être témoin ».

Mais rien à voir avec un essai politique, une tribune syndicale sur la lutte des classes ou le malaise des agents territoriaux !
 Régine Le Jeune change de registre en s’attaquant au polar, convaincue que
 « le roman noir offre une liberté incroyable et permet aussi de faire passer des messages ».

Celle qui adore écrire depuis qu’elle est toute petite, avait déjà participé, avec treize autres auteurs en insertion

 et Ricardo Montserrat, à l’écriture de « Zone mortuaire », en 1997, édité chez Gallimard.

Une expérience nourrie de sa vie d’avant, dans la restauration, à Brest, à Lyon au début des années 80.

« Je me suis sentie très vite déracinée : la famille et la mer me manquaient.
 J’ai alors tout plaqué pour racheter un bar à Lorient ».
 Pendant quatre ans, Régine tient le Montana.
Plein d’histoires de vie à portée de comptoir…
 « J’ai ensuite passé le concours de bibliothécaire avant d’être recrutée, en 1997,
 par la ville de Lorient, à la médiathèque ».Syndicaliste le jour, écrivaine le soir
Les livres comme univers de travail avant que la fibre syndicale naisse (2002) et l’occupe à plein tempsdès2006
.Maisl’écriture reste sa passion. « J’ai toujours su que j’allais publier un roman.
La crise sanitaire a précipité les choses ».
Responsable syndicale le jour, écrivaine le soir : « La noyée de Zanflamme »
 (l’anse entre la villa Margaret et le pont de Kermélo, à Larmor-Plage) prend forme entre mars 2020 et juin 2021
avec une intrigue, des personnages et un décor inspirés de la vie de Régine :
 « Nous sommes le 17 mars 2020. Gabriel, policier de profession, se retrouve muté à Lorient, en plein confinement.
Son enquête sur la mort d’une femme sur la cale de Kernével le ramène sur les lieux de son enfance ».
Des lieux familiers et pas mal de clins d’œil à l’actualité :
 le rassemblement des policiers du commissariat pour demander plus de moyens,
 les manifs des salariés de la Fonderie de Bretagne devant la sous-préfecture et
 la maison de l’Agglo, les plaintes déposées à la police pour agressions sexuelles…
 « Une sorte de chronique sociale avec toute l’humanité et les valeurs que j’ai toujours défendues.
 Les camarades vont s’y retrouver.
 Mais,
prévient l’auteure, toute ressemblance avec des personnes et situations réelles serait fortuite »

Présentation  par l'Éditeur
  de l'Autrice ...
Régine Le Jeune embrasse une carrière d’auteure à la suite d’un atelier d’écriture
 au cours duquel elle fait la connaissance de Ricardo Montserrat.


 
Sa première participation à la rédaction d'un ouvrage :
 Zone mortuaire, édité chez Gallimard du collectif Kelt et Montserrat est publié 1997.
Son engagement en faveur de la justice sociale l’amène à intégrer le syndicat des territoriaux de la ville de Lorient.
 Son métier de bibliothécaire et son rôle de conseil juridique et prud'homme nourrissent son imaginaire,
ce qui la conduit naturellement à ce nouveau roman.
 En écrivant le dernier mot de cette histoire, Régine a compris que quoiqu’il arrive, elle ne s’arrêtera plus d’écrire.
du  résumé de l'ouvrage.
Nous sommes le 17 mars 2020.
 Une partie de la planète se voit confinée et malgré tout la vie continue.
 Gabriel, policier de profession, se retrouve muté à Lorient et son enquête le ramène sur les lieux de son enfance.
 Quelle est cette femme dont on a retrouvé le corps sur la cale de Kernével ?
 Qui sont ces personnages qui gravitent autour d'elle ?
 Les rideaux s'agitent et des yeux épient chaque pas que fait Gabriel dans les rues désertées.
Pourquoi le cri strident de la mouette nous livre-t-il les envolées du récit ?
Un roman noir qui s'inscrit dans un huis clos et révèle toute une intrigue dont les fils vont se dénouer page après page,
dans une période inédite dont on ne connaît toujours pas l'issue

Prix: 19€70 : Chez l'Editeur et " dans toutes les bonnes librairies" et sur les sites spécialisés du web

CONTACT      

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z