A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     M

    MAHE  PATRICK
Vannes
 WHISKY COLLECTOR   (26.12.2020 )
Editions Grund
 

Articles parus à la sortie de son ouvrage

 

D'après  le journal du Télégramme du 18.12.2020 :article de Loïc  Berthy
Un livre sur le whisky qui fait tourner la tête

« LE WHISKY ACCOMPAGNE TRÈS BIEN LES PRODUITS DE LA MER,
 COMME LE SAUMON FUMÉ OU DES COQUILLES SAINTJACQUES »,
confie PATRICK MAHÉ.
Patrick Mahé publie un grand et beau livre sur le whisky, « Whisky collector ».
Grand par la taille,
 beau par son iconographie, qui donne aux flacons de whisky une plastique folle.

D’où vient l’idée de ce livre ?
D’une vente aux enchères à laquelle j’ai assisté à Hong Kong, il y a quelques années de cela, où un whisky japonais Yamazaki de 50 ans d’âge s’est vendu au prix phénoménal
 de 400 000 €.
 Cela m’a interpellé et c’est ce qui m’a incité à me lancer dans des recherches

Qu’ont-elles révélé ?
Eh bien, j’ai compris le cheminement qui peut mener à de telles extrémités.

 
 Il existe dans le monde ce que l’on appelle des ghosts distilleries, des distilleries fantômes.
 Ce sont des fabriques qui ont produit des whiskies de grande qualité dans le passé, mais qui ont disparu.
 Mécaniquement, le prix de leurs flacons a grimpé
. Quand la rareté se fait, les amateurs de trésors se mettent en chasse et c’est ce qu’il s’est passé.

Vous exprimez votre respect pour les collectionneurs, moins pour les spéculateurs ?
Oui, car il y a des collectionneurs réellement passionnés
. Mais, dans leur ombre, on trouve des investisseurs et derrière eux, encore des spéculateurs.
 La bouteille la plus chère du monde s’est vendue 1,7 M€. C’est un Macallan de 1926
. Il n’en resterait plus que 12 bouteilles dans le monde. Ce sont des perles rares, mais qu’on ne montre pas.
 Qui vont rester dans des coffres. Même les plus grands tableaux sont destinés à être exposés à un moment où un autre.
 Ces flacons, non. De telles sommes, c’est exceptionnel, stupéfiant, extravagant
, mais c’est aussi la traduction du fait que l’âme du collectionneur a perdu le pas sur celle du spéculateur.
 Il n’y a pas que l’argent qui compte dans « Whisky collector », certains flacons sont de toute beauté…
 La photogravure du livre a été réalisée en Inde. Ils sont les meilleurs, de véritables experts en matière de couleur.
 Grâce à leur travail, certaines bouteilles s’apparentent à des bijoux, des œuvres d’art.
 C’est le cas du flacon qui fait la couverture du livre.
 Cette carafe en cristal soufflé, gravée à la main, me fait penser à une calandre de Bugatti.
C’est du Midleton de 45 ans d’âge. Il n’en existe que 48 exemplaires dans le monde.
 Ce qui explique sans doute son prix : 38 000 €… pour l’instant !

Une petite question à l’approche de Noël, peut-on faire un repas au whisky ?
Ah mais parfaitement ! Il accompagne très bien les produits de la mer, comme le saumon fumé ou des coquilles Saint-Jacques, cuisinées très simplement.
 Le gibier aussi.
 En dessert, un bourbon va parfaitement avec un kouign amann ou un gâteau au chocolat.

 Si vous deviez conseiller quelques flacons pour quelqu’un qui voudrait découvrir de bons whiskies, quelle serait votre sélection ? Pour un whiskey irlandais, je conseillerais un Drumshanbo Single Pot Still.
 Pour un whisky écossais, un GlenDronach de 12 ans d’âge et,
 pour un whisky de l’île d’Islay, bien puissant, un Ardbeg de cinq ans d’âge.
 Et enfin, un Nikka Taketsuru pour découvrir un bon whisky japonais.

Et le whisky breton dans tout cela ?
Eh bien, il a gagné une vraie reconnaissance de la part de l’association mondiale des producteurs de whisky.
 Il a aussi une IGP (Indication géographique protégée).
 Il y a la distillerie Glan ar mor, à Larmor-Pleubian (22); L’Armorik, à Lannion (22); la Distillerie des Menhirs, à Plomelin (29);
 la brasserie Lancelot, dans le Morbihan, qui va bientôt sortir son whisky, le Galaad, et d’autres encore...
Avec le whisky Eddu, la Bretagne peut quand même s’enorgueillir de posséder le seul whisky au blé noir au monde !  Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Extrait duu journal Ouest France du 22.12.2020 :article de De Rosa /Starface
Avec son livre , c’est un coffret XXL.
 Rien moins que 3,7 kg sur la balance pour 240 pages au diapason des whiskies d’exception qui y sont évoqués
.
 L’auteur fait découvrir un monde insoupçonné où le whisky et son contenant deviennent objets de luxe.
 Il nous emmène dans les années sixties où le whisky soda enivre les baby-boomers.
 On s’envole pour les USA qui écoulent le bourbon au son du rock’n’roll, du rythm and blues,
 mais aussi pour le Japon qui produit, depuis un siècle désormais, un whisky qui a conquis bien des gosiers dans le monde. Churchill a appris à apprécier le whisky
 Au fil des pages, chaque flacon ambré présenté est accompagné d’une fiche détaillée sur la distillerie,
 son pays ou région d’origine, le type (bourbon, whisky…), son prix, et de quelques lignes sur son histoire et ses caractéristiques en matière de saveurs…
 Le tout illustré par une iconographie remarquable
. En fin de livre, les baroudeurs découvriront où croiser le verre que l’on soit à Paris, Cork, Dublin, Glasgow, Edimbourg, Hong Kong, Tokyo…
 Pour les néophytes, un glossaire permet aussi de se familiariser avec le monde parfois abscons du whisky.
 Enfin, quelques petites anecdotes ou bonnes phrases, que l’on peut toujours placer à bon escient en dégustant un whisky avec son meilleur ami, concluent ce magnifique livre.

En résumé
Une sélection ultime des plus grands whiskies de la planète.
 Les voies du whisky sont infinies, mais pas impénétrables.
 L'Ecosse produit 1, 5 milliard de bouteilles par an. L'Irlande - où il s'écrit whiskey - est en " révolution permanente ".
 L'Amérique fait pavoiser le bourbon du Kentucky et le Jack Daniel's du Tennessee au rythme de la musique country et du rock'n'roll. Le Japon, révélé par le cinéma, s'affiche en quatrième puissance mondiale.
Et le reste du monde y va de sa pépite ambrée..
. Musique, chansons, cinéma - de Whisky Galore à Lost In Translation, via The Angel Share - ou les séries télé américaines font flamber le whisky.
Parmi les millions de flacons, dont l'étiquette flotte au pavois des pubs, certains finissent sous le marteau des commissaires-priseurs.
 Il en est ainsi des The Macallan de 1926 - et d'autres - qui cotent plus d'un million d'euros chacun.
On les collectionne comme des tableaux.
 Leurs tirages limités, l'esthétique même des flacons (Lalique par exemple), leurs étiquettes peintes par des artistes,
 font leur rareté.
 Pays par pays, prix estimés et records de vente avérés,
 ce livre met en scène ces oeuvres d'art, soulignant la vogue du Whisky Collector !

Prix :69 €  ( Grand Format)   " toutes les bonnes librairies'' ou sur les sites spécialisés du Web


Connaissance de l'Auteur et de ses ouvrages précédents 


Page réalisée le 28.12.2020

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z