A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  U  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     M

    MAMM SOAZ (Conteuse)
Riantec
Contes du Pays d'Ici

 
Collection Brocelia

http://www.brocelia-contes.org/

Collection Brocélia
http://www.brocelia-contes.org/

 Les ouvrages reprennent les textes des spectacles des
 conteurs de Brocélia et
 sont illustrés par des dessinateurs de Chemin Faisant ou par d'autres artistes.
La collection Brocélia compte 9 volumes, d'autres sont en préparation.
C'est l'association Chemin Faisant qui édite cette collection.
 

Connaissance de l'Auteur


   Après une enfance où, dans le pays de Pontivy, j’ai été bercée par les contes - (le répertoire du collecteur
François Cadic était en bonne place chez nous) -, rien de plus naturel donc que de devenir conteuse à mon
tour quand a sonné l’heure de la retraite. J’ai eu la chance de croiser la route des Conteurs de Brocélia et
cela fait désormais plus de 10 ans que je fréquente la Grange aux Conteurs de Guernehors. Rien de tel que
des amitiés vraies de conteurs pour avancer toujours plus dans le merveilleux du conte

Entretien

          Ouest France du 1.11.2009
Conteuse de l'association de Meslan, Brocélia.
Mamm Soaz, conteuse de l'association de Meslan, Brocélia.

Vous contez à l'office du tourisme d'Auray la veille de la Toussaint. C'est Halloween qui fait venir les sorcières ? Non, Halloween n'est pas très ancré en Bretagne.
 Aujourd'hui, nous sommes dans la « Samain », le premier de l'An celte où toute la nuit les morts et les vivants se rencontrent.
 Je suis dans le collectage de Bretagne. Sorciers et sorcières font toujours rêver, ça fait peur.
 Nous pouvons les installer dans les forêts, les marais, sur les landes de pierres levées.

D'où vous vient cette matière ?
Je suis Pontivyenne d'origine et jusqu'à mes 20 ans, jusqu'à ce que je parte à Paris, j'ai toujours entendu raconter des histoires. Nous étions bercés par cela.
 On avait un nommé François Cadic, collecteur à Noyal-Pontivy dont je lisais tous les bouquins en cachette.
 Quand je suis revenue au pays, à la retraite en 1999, je me suis plongée dedans pour donner aux autres ce que j'avais reçu.

Vous avez donc des souvenirs de contes entendus dans l'enfance ?
Bien sûr ! Les peurs d'enfants sont toujours là. On prend dans le passé pour donner aujourd'hui pour après.
 Nous sommes des passeurs. Pour savoir où cela nous touche, ce n'est pas une question de petite enfance.
Chacun prend le conte à sa manière. L'enfant le prend comme il est et l'adulte aussi.
 Un jour, je contais et parlais d'une chèvre qui se cachait dans un automate.
 Une petite fille est venue me voir après le conte pour me demander où étaient les tomates !

On peut donc imaginer des contes d'aujourd'hui qui se passeraient dans des forêts de... HLM ?
Oui. Par exemple, je vais donner aujourd'hui un conte qui raconte à peu près ceci :
 quand la mer est démontée, des monstres, les cauchemards des hommes, remontent à la surface.
 Dans un petit port, on a fait appel à une sorcière pour se libérer de ces monstres.
 Les hommes lui promettent quelque chose en échange.
 Elle attrape tous ces monstres et leur fait cracher une écume verdâtre dans un sac.
 Mais les hommes ne tiennent pas leur promesse... Si bien que le matin, on retrouve des algues vertes partout.

On a encore besoin de contes à l'heure de la télévision numérique et du web ?
Nous avons tous besoin de nous fabriquer nos propres images.

Recueilli parChristian GOUEROU. Ouest-France

Page réalisée le 1.06.2015


 

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z