A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     M

    MICHEL  ANGELINE
La Roche Bernard

Le  goût  du  Bonheur (23.06.2019 )

Editions j'Ai Lu
https://www.jailu.com/

Découverte de l'Auteur par un article de presse


 Article du journal Ouest France du 12.06.2019
  de Sylvie RIBOT

Repéré sur Internet,
 son premier roman cartonne
 Le texte d’Angéline Michel a tapé dans l’œil des éditions J’ai lu.
 La jeune auteure bretonne s’était démenée localement pour en vendre 500…
 Il a été tiré à 18 000 et elle n’en revient toujours pas.
 Rencontre
 Dans Le goût du bonheur, la vie des deux héroïnes bascule sur un coup du hasard mais aussi parce qu’elles savent saisir leur chance et se lancer.
 Finalement, c’est un peu ce qui est arrivé à la jeune Angéline Michel
 tout du long de l’histoire de son premier livre
« Un jour, mon compagnon m’a dit:
 Même pas cap de t’y remettre,
 explique Angéline,
 qui écrivait déjà, vers 12-13 ans», de petites histoires.
 Six mois après,
 la Bretonne de 27 ans,
 tenait son premier roman entre les mains.
 « Étonnamment, je n’ai pas trouvé cela douloureux ou compliqué. »

 Originaire de Brest et installée à La Roche-Bernard (Morbihan),
 la commerciale s’est inspirée de vacances dans un village de Sardaigne pour planter une partie de son décor,
 sur l’île de la Maddalena.
 Elle a aussi un peu puisé dans quelques stages effectués

 
  dans la presse féminine pour décrire l’ambiance de travail de Laure, l’une des deux protagonistes
. Valentina, l’autre héroïne, vit avec Ferdinand, un setter irlandais… qui ressemble comme deux gouttes d’eau au chien Canel,
 robe flamboyante, toujours prêt à jouer dans le jardin d’Angéline.
 « Pour moi, c’est plus facile d’écrire sur des choses vues. D’ancrer quelques passages dans le concret. »

1 500 flyers
 La trame de l’histoire, elle, est sortie de l’imagination d’Angéline. Sans déflorer les quelques rebondissements,
 « disons que c’est sur fond de romance, plutôt féminin et divertissant »,
 glisse l’auteure qui adore les témoignages, les autobiographies et les livres feel good, ces ouvrages censés faire du bien.
 « J’aime beaucoup la romancière britannique Jojo Moyes, pour ses personnages attachants. »
 Elle cite aussi Agnès Martin-Lugand ou Virginie Grimaldi. Certains tiennent la littérature feel good pour superficielle, trop facile.
 « Il en faut pour tous les goûts.
 Tant que les gens ouvrent un livre pour se distraire et qu’ils passent un bon moment… »,
 glisse Angéline.
Tellement modeste que sitôt le roman achevé, elle ne tente même pas de l’envoyer à des éditeurs.
« Je l’ai juste mis en autoédition sur Amazon et j’ai réalisé ma maquette. »
 Pour faire un peu vivre son texte dans la jungle de tous les écrits du Net, la jeune femme édite 1 500 flyers qu’elle distribue dans les communes environnantes, sur les plages, les voitures des touristes.
 Elle relooke même sa propre voiture en posant sur la portière un visuel Le goût du bonheur.
 « J’ai réussi à organiser des dédicaces dans des librairies. »
 En se prenant ainsi par la main, mine de rien, Angéline Michel vend… 500 exemplaires.
 « Je trouvais que c’était bien déjà… »
 Jusqu’au premier e-mail envoyé par les éditions J’ai lu, reçu en août.
 « Sur Amazon, ils avaient vu pas mal de bonnes notes sur mon roman, vu ma couverture d’origine, le résumé, les premières pages. Quatre jours après, la directrice éditoriale me rappelait pour me dire qu’elle avait eu un coup de cœur. »
 Elle la rencontre dans la foulée, à Rennes, avec la directrice de marketing et ressort de cet entretien avec un contrat.
 « Je n’en suis pas revenue. Je sais que certains attendent dix ou douze ans avant d’être repérés »
, s’excuse presque Angéline
. Elle pensait qu’ils en sortiraient 5 000 exemplaires, voire moins : J’ai lu en a imprimé 18 000 !

 « Mon roman en rayons! »
 « Ils sont dans les Cultura, les Fnac, les grandes librairies, la grande distribution.
 Ça m’a fait très plaisir quand j’ai vu le roman pour la première fois en rayon, en mars. Je me suis encore dit :
 Pourquoi moi, alors qu’il y a beaucoup d’auteurs talentueux ? »
J’ai lu n’a pas l’air de se poser autant de questions.

 Dans le contrat d’Angéline, l’éditeur l’incite vivement à ne pas retenir sa plume et à rendre un roman par an.
 « Le deuxième était à finir pour juin. Il est en relecture », confie l’auteure.
 « Ce sera toujours dans le style feel good, mais peut-être un peu moins girly (de filles).
 Je n’ai pas repris les mêmes personnages. J’avais peur que les lecteurs se lassent. »
 Angéline ne se voit pas non plus devenir écrivain à temps plein.
 « Parce qu’être commerciale, ça me permet de voir du monde, de bouger.
 Il faut avoir une vie un peu riche pour écrire des histoires. » Et juste oser franchir le cap pour ne pas rester avec des regrets.
 « C’est un peu ma philosophie de vie : parfois sortir de sa zone de confort, tout en ayant la tête sur les épaules. »


 Autres renseignements 

Sur le site de l'Auteur
https://lepetitcahierdangeline.wordpress.com/
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Lire un exrait chez Babelio

https://www.babelio.com/livres/Michel-Le-gout-du-bonheur/1059383/extraits
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Prix:
 12€90  " dans toutes les bonnes librairies" et sur les sites spécialisés du web;
ebook : 9€99
 


L'Auteure


Page établie le 9.11.2019

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z