A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     L

    MORGAN   Cédric
 Sarzeau

Les sirènes du Pacifique(1.04.2021)

 Editions  Mercure de France
https://www.mercuredefrance.fr/
https://www.mercuredefrance.fr/les-sirenes-du-pacifique/9782715254770

Redécouverte de l'Auteur  par un article de presse  

D'après l'article de Lionel  Cabioch du journal Ouest France du 6.04.2021

ENTRETIEN
 Son immersion nipponne inspire un livre à cet écrivain de Sarzeau
Le nouveau roman du Sarzeautin (Morbihan),
 Cédric Morgan, raconte la vie d’une ama,
 femme de la mer, dans une petite île du Japon des années 1930 à nos jours.
 À dévorer pendant le confinement
 le nouveau roman du Sarzeautin (Morbihan), Cédric Morgan,
 est sorti jeudi 1er avril 2021.

 À la différence des précédents, ce livre abandonne les côtes bretonnes pour les rivages nippons.
 Il y raconte la vie d’une ama (femme de la mer) dans une petite île,
 des années 1930 à nos jours.
 Pour trouver l’inspiration, il a séjourné cinq semaines au Japon.
 Une bonne idée de lecture pendant ce nouveau confinement.

 Pourquoi ce choix ?
Depuis que j’écris, je ressentais le besoin de travailler sur un roman qui se déroulerait au Japon.

 

Ce pays me fascine.
Nous avons une idée toute faite des Japonais, fondée sur des clichés, mais le pays et ses habitants sont plus « ambigus » qu’on ne le pense.
 Par-dessus tout, la façon de vivre, de se comporter envers les autres – l’exquise politesse des Japonais –
le souci des détails pour faciliter le quotidien, tout paraît admirable à un visiteur étranger.
 
Que raconte votre nouveau livre ?
Yumi fête ses 7 ans, en 1930, dans la petite île de Toshijima ; sa mère est une ama, une femme de la mer.
 Les ama sont des plongeuses en apnée, qui recueillent ormeaux et divers mollusques, sur des fonds qui descendent jusqu’à 20 m.
Ce métier, rémunérateur mais difficile et plein de dangers, est réservé aux femmes selon une tradition millénaire.
 Yumi souhaite succéder à sa mère et entre en apprentissage auprès d’ama respectées.
À travers son destin, de son initiation au métier d’ama, de sa vie à Toshijima, le roman propose aussi un tableau du Japon, depuis la vie quotidienne de ses habitants jusqu’aux traumatismes nationaux :
 le départ des hommes à la guerre, la reddition humiliante, les non-dits autour des bombes atomiques,
 et l’entrée dans une certaine « modernité ».

Pourquoi vous êtes-vous immergé dans cette culture plusieurs semaines ?
Ayant eu, dans ma vie professionnelle, la chance de me rendre plusieurs fois au Japon pour de brefs séjours,
 je ne me sentais pas légitime à situer un roman et faire vivre des personnages dans ce pays,
faute d’une connaissance suffisante des lieux et surtout de la culture japonaise. Il fallait donc que j’aille plus loin…

Comment s’est passée cette immersion ?
En cinq semaines – durée de mon séjour, dans le cadre de la mission Stendhal de l’Institut français –
 impossible de prétendre connaître la culture nipponne.
 De toute façon sans maîtriser la langue, je savais avant de partir que je serais capable au mieux d’en approcher quelques aspects.
Car je ne parle pas japonais et les Japonais, sauf de très rares exceptions, ne parlent que leur langue.
 D’où des échanges réduits au strict nécessaire via la traduction (approximative) des smartphones.
 Je parlais « à » mon Iphone qui « traduisait » verbalement ma phrase à mon interlocuteur.
 Celui-ci en faisait de même avec son smartphone. On comprenait une fois sur deux ce que l’autre voulait dire.
Ce furent en fait cinq semaines de silence et de solitude où j’ai parcouru chaque jour les rues,
 les sentiers et les rivages des trois villages de Toshijima.
 Les gens me saluaient, de toute façon j’étais le seul occidental de l’île.

Comment avez-vous réussi à vous faire accepter du peuple de la mer ?
À la coopérative de pêche, j’avais été introduit par le directeur du Musée des traditions de la mer, de Toba,
 une ville à 40 minutes de bateau de Toshijima, qui m’avait accompagné le premier jour, avec une interprète.
 Il avait précisé la raison de ma présence aux employés.
 Par la suite, de me voir passer chaque jour les amusait beaucoup.
J’ai pu monter une fois dans la barque de deux ama pour les regarder plonger pendant trois heures.
Sans échanger un mot. Essayant de se comprendre par gestes.
Je ne savais pas du tout à l’avance ce que je retirerais de ce séjour.
 Mais j’étais sûr que découvrir les lieux, l’ambiance, les couleurs, les sons m’était essentiel.

 
 Présentation  par l'Éditeur
À deux cents mètres du rivage, la troupe dispersée commença de plonger. Tête en avant, comme des cormorans.
Un court instant les jambes s’agitaient hors de l’eau, puis les pieds offraient brièvement leur dessous clair,
 deux mouettes blanches qui s’ébrouent, avant de s’enfoncer et disparaître.
 Contempler de loin les allées et venues de leurs mamans au travail fascinait les fillettes.
Yumi suivait des yeux les plongeuses qui refaisaient surface, une main brandissant, vertical, leur outil.
 Cette lame de fer terminée en crochet servait à attraper oursins et gastéropodes.

Yumi vit sur l’île Toshijima, au Japon. Sa mère est une ama.
 Cette activité consiste à plonger en apnée en eaux profondes pour recueillir ormeaux, huîtres et autres coquillages très prisés des Japonais.
 Dévolu aux femmes selon une tradition millénaire, ce métier dangereux leur confère une aura indéniable.
 Sur les traces de sa mère, Yumi veut donc devenir une ama respectée.
Bientôt, Yumi rencontre l’amour en la personne de Ryo, l’instituteur : le bonheur semble à sa portée.
 Hélas, la Seconde Guerre mondiale éclate, Ryo est mobilisé et disparaît...
 Yumi doit se résoudre au mariage arrangé avec Hajime.

À travers le destin de Yumi et son initiation au métier d’ama,
 Cédric Morgan propose aussi un tableau du Japon et de ses traumatismes :
 le départ des hommes à la guerre, la reddition humiliante, les non-dits autour des bombes atomiques,
 et l’entrée dans une certaine « modernité ».

Extrait  a lire à :
:https://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.edenlivres.fr%2Fflipbook%2Fpublications
%2F684273.js&oid=2822&c=&m=&l=&r=&f=pdf

Prix: 20€ en broché :" dans toutes les bonnes librairies" et sur les sites spécialisés du web
14€
99 en epub ou en pdf

Connaissance de l'Auteur et de ses ouvrages précédents 


Page réalisée le  11.04.2021

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z