A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  U  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     M

    MARCHAND  THIERRY
Lorient

Un régiment oublié, le 4ième RFM sur le front dre l'Atlantique (17.06.2020)
Auto=u édition ?
Distribué par Coop Breizh
https://www.coop-breizh.fr

Découverte de l'Auteur par un article de presse
Article du journal Ouest France du 10.05.2021

Ces fusiliers marins oubliés qui retinrent les Allemands dans les poches de Lorient et Saint-Nazaire

Passionné d’histoire, Thierry Marchand retrace dans un ouvrage l’existence éphémère du 4e régiment de fusiliers marins qui eut la tâche ingrate de contenir les Allemands dans les poches de Lorient (Morbihan) et Saint-Nazaire.
 Avant de récupérer les installations de la Marine, en mai 1945

Quel est ce 4e régiment de fusiliers marins ?
Il a été créé en octobre 1944 à la demande du ministre de la Marine, Louis Jacquinot.
 Il est constitué des formations FFI (Forces françaises de l’intérieur) de la Marine, dispersées sur le territoire français.
 « Le travail de mon grand-père, le commandant Marchand, consistait à les rassembler », explique Thierry Marchand, auteur du livre

 Un régiment oublié, le 4e RFM sur le front de l’Atlantique (1944-1945).
 Le régiment compte 2 000 hommes, « mais en tout, 3 000 y sont passés ».

Quelle est sa mission ?
Contenir les Allemands dans les Poches de Lorient et Saint-Nazaire.
« C’était une guerre de position, décrit Thierry Marchand. Le long de la Laïta pour Lorient,
 et le long de la Vilaine pour Saint-Nazaire.

 Les hommes du 4e RFM ont beaucoup souffert du rude hiver 44-45, mais aussi du manque de matériel et d’équipement.
. Et des bombardements incessants. Leur mission était plutôt ingrate, tandis que les Américains et la 1re armée française se concentraient sur l’Alsace et Berlin. »

Comment l’interpréter ?
Thierry Marchand voit dans la constitution et le parcours de ce régiment « une dimension à la fois militaire et politique.
 Après la capitulation allemande, le 4e RFM se réapproprie les installations de la Marine ;
 il entre à la BSM de Lorient le 10 mai 1945.
 Les hommes trouvent du matériel, dont deux sous-marins ; ils récupèrent même le croiseur De Grasse qui était en construction. C’est aussi politique, parce que la Marine participe ainsi à la libération du territoire. »

D’où viennent les marins qui composent le 4e RFM ?
Des régions de Quimper, de Lorient. Certains viennent aussi du Liban, de Corse, de Bizerte en Tunisie.
 « Beaucoup d’entre eux étaient Bretons et Normands. »

« Le 4e RFM est une unité sans commémoration, sans musée, sans insigne distinctif, écrit Thierry Marchand.
 Pourtant, ces hommes sont aussi les héritiers de la brigade de fusiliers marins du vice-amiral Ronarc’h, héros de la Première Guerre mondiale.
 Mais l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement celle de la Libération, ne retiendra que les hommes de la France libre (1er RFM) ou de la 2e DB (RBFM). »
 Ou encore le 1er Bataillon de fusiliers marins commandos (les hommes du commando Kieffer, qui débarquèrent le 6 juin 1944 en Normandie).

Quand le régiment a-t-il été dissous ?
Après des opérations de déminage autour de Lorient, le 4e RFM est réduit le 1er juillet 1945 à une compagnie,
 affectée sur le lac de Constance. Puis, il est dissous en octobre 1945.
 Nombre des marins qui le composent partent pour l’Indochine.

Le livre de Thierry Marchand est le fruit de dizaines d’années de recherches.
 Il rend hommage à des marins qui ont participé à « des événements peu connus, même des Lorientais ».
 L’auteur salue aussi la mémoire et l’action d’un grand-père décédé avant sa naissance.

« Un régiment oublié, le 4e RFM sur le front de l’Atlantique », par Thierry Marchand (20 €) ; distribué par Coop Breizh.

Présentation  par l'Éditeur
Loin du mythique 1er régiment de fusiliers marins et des actions d’éclat du régiment blindé de fusiliers marins,
 le 4ème régiment de fusiliers marins est affecté au front de l’Atlantique pendant l’hiver particulièrement rigoureux de 1944-45.

Composé de quatre bataillons répartis sur les bords de la Vilaine et de la Laïta,
 le 4ème R.F.M. est destiné à la surveillance de quelques milliers d’Allemands retranchés dans les poches de Lorient et de Saint-Nazaire.
En majeure partie formé d’anciens F.F.I., ce régiment compte dans ses rangs une grande proportion d’officiers mariniers.
 «Ils eurent à passer neuf mois sur les mêmes positions, mal habillés, équipés d’armes récupérées sur l’ennemi ; pendant les durs mois d’hiver, sous la pluie, dans la neige, ils eurent souvent à édifier abris et boyaux sous le feu des mitrailleuses et des mortiers.

Enfin, le 10 mai, ils entrèrent à Lorient, fiers de leur uniforme, regardant d’un œil narquois les «boches» prisonniers alignés à la base sous-marine où venait d’être hissé le pavillon français.»

Le 4ème R.F.M. est réduit le 1er juillet 1945 à une compagnie de tradition affectée sur le lac de Constance avant sa dissolution finale en octobre 1945.
Les anciens marins du 4ème R.F.M., alors disséminés sur les bateaux ou volontaires pour l’Indochine,
 «oublient leurs souffrances passées pour porter plus loin et toujours plus haut le prestige de la Marine française.»

Prix : 20€ chez Coop Breizh
https://www.coop-breizh.fr/9543-un-regiment-oublie-le-4e-rfm-sur-le-front-de-l-atlantique-1944-1945-9782956569312.html?
search_query=Thierry%20Marchand&fast_search=fs

Page réalisée le 24.07.2021

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z