A  B C  D  E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z



RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  N

NAUDIN   RONAN et VIGIER SYLVAIN


 Les journaux racontent   Auray et ses environs 1895-1899 (8.06.2019 )
Belle-Ile
Editions jadis-editions
www.jadis-editions.fr
 

D'après  le journal du Télégramme du 7.06.2019

Un bout d’histoire d’Auray à travers les journaux

 La librairie Vent de Soleil à Auray accueille, ce samedi 8 juin 2019,
 Sylvain Vigier et Ronan Naudin, pour le lancement officiel de leur ouvrage
 « Les journaux racontent Auray et ses environs »,
 cinquième de la collection parue chez l’éditeur bellilois Jadis Éditions.

La période retenue par les auteurs est courte : 1895-1899.
Mais elle est importante, parce que cette fin de XIXe siècle
« a fortement marqué la ville et ses environs », soulignent les auteurs.
La presse est abondante,
une douzaine de titres paraissent dans le département et relatent la vie quotidienne des Morbihannais.
 Ainsi, faute d’industrie, Auray se tourne déjà vers les « excursionnistes »,
 nom donné aux touristes de l’époque.

« Les informations les plus pertinentes »
Sylvain Vigier a recensé tous les articles concernant Auray et ses environs
(Sainte-Anne, Pluneret, Plougoumelen, Crac’h, Brec’h, Ploemel),
 tandis que Ronan Naudin a sélectionné
« les informations les plus pertinentes afin de représenter au mieux tous les aspects de cette société d’antan ».
Parmi les événements sélectionnés :
 « sauvetage à Saint-Goustan », « le maire de Pluneret en correctionnelle », « violent incendie rue du Château »,
 « une rixe sanglante à Auray », « l’épouvantable naufrage du brick le jeune Alexandre », etc.

Pratique
 « Les journaux racontent Auray et ses environs », par Sylvain Vigier et Ronan Naudin, Jadis Éditions,  prix 15 €.

Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"

D'après l'article  et la photo du journal Ouest France du 10.06.2019


Sylvain Vigier et Ronan Naudin et ...leur ouvrage

À Auray, 1895-1899 sont des années charnières
À travers les journaux parus entre 1895 et 1899,
Sylvain Vigier et Ronan Naudin racontent ce qui faisait l’actualité à Auray et ses environs.

Trois questions à…Ronan Naudin,
Coauteur avec Sylvain Vigie
r de l’ouvrage Les journaux racontent…

Quelle a été la démarche et pourquoi ces années-là ?
Celle de raconter en lisant la presse régionale de la fin du XIXième siècle à partir d’une dizaine de journaux,
 ce qui faisait l’actualité à Auray, Quiberon, La Trinité-sur-Mer, Carnac, Belle-île.
Pourquoi ces années-là ?
Parce qu’il nous est apparu qu’à bien des égards elles ont été des années charnières avant le XX siècle.
 Ces années-là, de nombreux changements s’opéraient dans la société,
 par exemple la naissance du tourisme avec en
particulier la création de la station balnéaire de Quiberon en concurrence avec la station des Sables-d’Olonne.
Le coup de foudre de Sarah Bernard pour notre littoral reflète cette tendance.
Que se passait-il à Auray ?
Il n’échappait pas au maire d’Auray monsieur Guillard, les bénéfices que la Ville pouvait retirer du tourisme.
Auray, qui était un petit centre politique n’avait pas été associée au projet du tramway desservant en particulier La Trinité-sur-Mer, Carnac et plusieurs communes littorales.
 Auray, grâce à son vélodrome sur le site de l’actuel stade au Loch attirait la foule des spectateurs de courses
en vélocipède, la promenade du Loch était un lieu dominical de prédilection des Alréens.
La vie était vraiment dure mais quand l’occasion se présentait, on faisait la fête, on tirait des feux d’artifice.
 Au port d’Auray, un vapeur assurait une liaison régulière vers Quiberon et Belle-Ile .
 Il y avait une activité de pêche, celle-ci était particulièrement active au port du Bono.
Quels étaient les faits divers ?
Ce qui retient notre attention, c’est la fréquence des incendies.
 L’un d’eux ravage de nombreuses habitations dans la rue du Château. Beaucoup des sinistrés sont assurés.
Les journaux relatent des faits divers variés avec un luxe de détails,
 ils mentionnent l’identité et la situation individuelle des personnes.
 Les journaux rapportent de nombreuses anecdotes,
 tel un incident de mauvais goût dont la victime est le commissaire de police d’Auray.
La justice est d’une grande dureté pour tous les auteurs d’infractions.
 L’autre facette de cette société où la vie est dure, c’est les gens qui s’entraident.
 On est solidaire spontanément, cela va de soi, c’est naturel. Ces journaux sont un instantané de la société

Renseignements complémentaires sur le site de l'Editeur

Les ouvrages précédents  de Ronan et autres renseignements  

Page réalisée le 8.02.2018  et actualisée le 29.10.2018
 
A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z




CONTACT