A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE  P

PICARD DOMINIQUE
 Presqu'île de Rhuys .Vannes.
L'air du soir (4.2021)

 
Editions Le Bel été
https://remue.net/l-air-du-soir

Découverte de l'Auteur par un article de presse  

D'après l'article de  Catherine Lozach  du journal Ouest France du 20.04.2021
À Vannes, Dominique Picard invite à lire la mort en face, avec humanité 

Les vieux et la mort peuvent faire un beau livre.
« L’air du soir » de Dominique Picard est d’une poésie bouleversante d’humanité.

« La personne est morte, qu’est-ce qu’on fait ?
On ne peut pas faire grand-chose, l’impuissance c’est un sale boulot ».
 Des phrases comme celle de Djamila, aide à domicile, foisonnent dans le nouveau livre de Dominique Picard, « L’air du soir ».

À Vannes, les amoureux des arts connaissent Dominique Picard comme fondatrice de l’association des Amis du musée des Beaux-Arts. C’était il y a dix ans.
 Depuis, cette passionnée de peinture a pris la plume.
 D’abord à quatre mains avec la photographe et plasticienne, Bénédicte Hubert Darbois, pour révéler l’intimité de quatorze ateliers d’artistes.
ès ) Puis seule dans « La place des Halles »,( Voir çi-après)
un autoportrait singulier où l’on comprend que la peinture s’est invitée dans sa vie dès son enfance au Faouët.

 20 ans auprès des personnes âgées

 
Dans « L’air du soir », elle aborde par petites touches, dans une écriture impressionniste,
 un sujet universel et encore plus criant depuis le début de l’épidémie : l’accompagnement des personnes âgées.
 Fâchée avec l’école, ce petit bout de femme à l’œil aussi bienveillant que pétillant a fait divers métiers avant de passer par les bancs de l’université pour devenir assistante sociale.
 « Je me suis toujours intéressée aux personnes âgées. À leur maintien à domicile comme on disait à l’époque. »
Avec une amie, elle crée une association à Paris.
 « Nous avons commencé avec deux aides à domicile ».
 Quand Dominique Picard prend sa retraite 20 ans plus tard, elles sont 300 pour 500 000 heures de travail par an.

Parole aux invisibles
Dans une société où la mort était presque niée, jusqu’à la covid, elle la met noir sur blanc, redonnant la parole à ces femmes,
 en grande majorité, ces invisibles. C’est aussi à la pandémie qu’on doit ce livre.
 « Pendant le confinement, j’ai rangé ma bibliothèque. »
 L’Armeloise y a retrouvé ces phrases qu’elle notait, toujours avec le consentement de leurs auteures.
 Elles ont ouvert la porte aux souvenirs. « Le prix que ces femmes sont payées me révolte toujours.
 En région parisienne, leur situation est encore pire. Je leur devais ce livre »
, glisse-t-elle.

La mort on y va tous, c’est comme un chat qu’on caresse, il faut l’apprivoiser
Entre leurs mots et les siens, « L’air du soir » est émouvant mais pas triste. Il bouscule, les préjugés et non-dits.
Parle de racisme et de liens. « Je l’aide et elle me répare », observe d’ailleurs Nicole.
 En contrepoint, Dominique Picard raconte les familles, les jardins de Paris, le télescopage des cultures et des rituels funéraires… L’humanité. « La mort on y va tous, c’est comme un chat qu’on caresse, il faut l’apprivoiser », remarque Asmaa.

Pratique
« L’air du soir », de Dominique Picard aux éditions Le Bel été (14 €). à commander dans toutes les librairies.

Autre ouvrage découvert chez l'Editeur
Parution  05.2020
Prix: 14 euros + 3 euros ( frais de port )
A commander par mail: lebelete18@gmail.com

Connaissance de l'Auteur et de ses ouvrages précédents 


Page réalisée le   17.06.2021

CONTACT   

 

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z