A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE     P

    PALLOT  MATTHIAS
Vannes

 Petit précis d'ébénistentialisme  (17.09.2018)

Editions L'Harmattan

https://www.editions-harmattan.fr/

Article paru à la sortie de cet ouvrage

Article du journal Ouest France du 5.11.2013 ( Lionel CABIOCH)

Matthias Pallot a décidé de donner un nouveau sens à sa vie en devenant ébéniste.
 Il a créé son entreprise il y a six mois et vient de sortir un livre relatant son parcours et sa philosophie
Le philosophe est devenu ébéniste
 Après des études à La Sorbonne et un emploi dans la communication,
 Matthias Pallot a décidé de donner un nouveau sens à sa vie.
 Le Vannetais raconte dans un livre sa reconversion réussie.
 L’histoire
 A 30 ans, il a déjà vécu plusieurs vies !
 Matthias Pallot est ébéniste
. Et il n’en est pas peu fier. Installé à Vannes depuis deux ans,
il vient de créer son entreprise « Blanche violette » dans un atelier partagé à Plumelec.
Un nom en guise de clin d’œil au premier coffre qu’il a façonné de ses mains
Il était en parchemin de chèvre blanc et en bois de violette,
 c’était l’une de mes premières créations »,
 se souvient, non sans émotion, l’artisan spécialisé dans la restauration de mobilier

.
  . Et dire qu’il y a moins d’une décennie,
 il n’imaginait pas exercer un métier manuel.
«
A mes 22 ans, le truc le plus dur que j’avais dû faire avec mes mains, c’est changer une ampoule », s’amuse-t-il.

  Adieu la vie de château
 Après cinq ans d’études en philosophie à La Sorbonne, il s’est lancé dans la vie professionnelle.
 « J’ai exercé diverses fonctions : « employé-machine » d’un hypermarché dont j’encaissais l’argent,
 « troqueur de fuel », compteur de recettes, sous-administrateur, médiateur culturel, ouvrier du marketing et,
 au titre du précédent, « communicateur », « entreteneur » de réseaux ou diseur de bonne aventure,
 ironise-t-il.
 C’est cette dernière activité, qu’à l’âge de 25 ans, j’ai quittée dans le doux fracas d’une vie qui se retourne.
 J’ai agi, dirait-on, en dépit d’un bon sens qui aurait dû me faire préférer la torture confortable du salariat
à l’incertitude d’un projet dont je ne connaissais pas moi-même les tenants et aboutissants. »

 Adieu le Château de Vaux-Le Vicomte, le plus grand monument privé de France.

 Bonjour l’aventure !
 « J’adorais l’endroit mais le métier ne me plaisait plus. Je n’arrivais plus à trouver du sens à ce que je faisais.
J’observais avec envie les restaurateurs du château. »
 Il s’est lancé, sans réfléchir.
 Il a remis les compteurs à zéro, en passant un CAP d’ébénisterie puis un Brevet des métiers d’art (BMA) pour devenir technicien d’art.
 « J’ai tout fait en accéléré (deux ans au lieu de quatre) car je n’ai pas eu à suivre les matières d’enseignement général. »
 Un sacré défi personnel !
 « Pour autant, je n’ai jamais douté de mon choix. C’est mon côté tête brûlée. Je ne me suis jamais dit que je n’y arriverais pas. Même si physiquement ça n’a pas toujours été simple… On prend plaisir à voir ce que son corps peut faire… »
 Après plusieurs stages et un premier emploi à Saint-Jean-la-Poterie,
 Matthias Pallot a décidé de se mettre à son compte.
 Il ne regrette pas d’avoir changé d’horizon.
 « J’ai divisé mes revenus par deux. Mais j’ai gagné gros en qualité de vie. Et ça n’a pas de prix ! »
 Un changement de cap dont il a tiré un mouvement philosophique qu’il a baptisé :

 l’ébénistentialisme.
Un terme qu’il définit dans un livre drôle et sérieux à la fois qu’il vient de publier aux éditions L’Harmattan.
« Les textes qui y sont compilés n’ont évidemment pas vocation à faire doctrine.
 L’ébénistentialisme n’a pas plus de fondement théorique que la "plombithérapie"ou la "plaquistologie".
 Et s’il peut sembler parfois que mes thèses tiennent pour une large part de la "nigologie",

 une seule vérité prévaut : il faut toujours traiter avec légèreté des choses sérieuses et surtout bien se garder du contraire. »
À méditer !

 Lionel Matthias Pallot a décidé de donner un nouveau sens à sa vie en devenant ébéniste.
 Il a créé son entreprise il y a six mois et vient de sortir un livre relatant son parcours et sa philosophie. 

Prix: broché 13€50 ; numérique 9€99


Présentation par l'Editeur


     sur le site:
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60836

RESUME
A travers le témoignage de sa reconversion professionnelle et
sous la farce d'un faux courant de pensée, « l'ébénistentialisme »,
 l'auteur livre ici une brève réflexion sur le sens et la valeur du métier artisanal
. Sous la forme de textes courts mêlant récits, anecdotes et argumentations,
 il esquisse en creux les contours d'une juste conception de l'activité professionnelle,
 attentive aux idéaux d'émancipation et d'épanouissement des individus.

Diplômé de philosophie
, Matthias Pallot a travaillé dans le secteur de la communication avant de choisir, à l'âge de 25 ans,
 de se former à l'ébénisterie et la restauration de mobilier..


L'Auteur


LIEN(S) à consulter au besoin:
lire un extrait:
http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-15523-4

Page réalisée le 2.11.2015

CONTACT   

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z