A B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z 


ARTICLES D'ANNONCES  :  OUVRAGES FUTURS ...


Marie Devois
annonce par un article  du journal  Le Télégramme du 10.
08.2021

Marie Devois n’arrête pas d’écrire des polars
L’écrivaine de Saint-Philibert, Marie Devois, poursuit sa carrière d’auteure de polars.
 Elle a choisi le monde de l’art pour ses prochaines intrigues.
Après avoir donné vie à l’Inspecteur Britten, Marie Devois, de Saint-Philibert, a choisi d’ancrer
ses intrigues dans le monde de l’art. Pour " Crosse mortelle " , elle a répondu à une commande, pour le bicentenaire de l’entreprise d’armement stéphanoise Verney-Carron.
« Crosse mortelle », son dixième polar sorti enmars 2020
Pour coller au cahier des charges, l’auteure a dû multiplier les déplacements, et passer pas mal de temps dans l’entreprise pour s’imprégner des lieux et de la façon de travailler.  
« J’ai eubeaucoup de chance de pouvoir arriver au bout de ce livre avant la Covid ».
 Le livre est sorti juste avant le confinement. Sans dédicace, et sans salon, il poursuit son petit bonhomme de chemin.

De son côté, Marie Devois n’a pas perdu son temps.
À la recherche de Miss Roumanie 1929
« J’ai écrit le prochain polar autour d’Émile Friand, un peintre nancéien appelé le « dernier naturaliste ».
Sa vie m’a vraiment inspirée. Ce provincial très classique a quand même été professeur aux Beaux-arts à Paris,
 confie Marie.
 Il a fait beaucoup de choses et partagé beaucoup d’expériences avec Marie Marvint, une femme exceptionnelle qui pourrait m’inspirer un jour », poursuit-elle.
 Pour le sujet de son prochain opus, Marie doit attendre. Son éditeur travaille en fonction des expositions.
 Et comme actuellement c’est calme plat

La Saint-Philibertaine a aussi profité de cette période un peu spéciale pour faire des recherches sur une femme, qu’elle a connue quand elle était enfant.
 « Je ne m’en souviens pas mais elle est passée dans l’impasse où je suis née (impasse du Rouet à Paris 14ième).
 C’était la fille adoptive de manounou. Elle a été Miss Roumanie en 1929, et a eu une vie extraordinaire ».

Mais pas sûr que l’histoire soit un jour éditée. « Écrire sur cette impasse me tient à cœur car c’est moi.
 C’est de là que je viens », conclut-elle.

Stéphane Le Courtois
annonce par un article  du journal Ouest France du 18.04.2021
Article de
Maxime LAVENANT
qu'il s'apprête à publier un premier album de bandes dessinées intitile " Breizh Haroz"
 A paraître à la fin 2021  après une campagne  de crowdfunding sur Ulule
https://fr.ulule.com/breizh-haroz/
 "Salut, moi c’est Stéphane ! Je voulais dessiner un superhéros breton mais…
 je ne suis pas un pro en dessin.
 ​En trois cases, le ton est donné
. Lui, donc, c’est Stéphane Le Courtois, 34 ans, prof de techno au collège Chateaubriand de Gourin (Morbihan), et accessoirement passionné de bandes dessinées.
Biberonné aux mangas, ce Vannetais d’origine, installé à Langonnet, aime aussi beaucoup Batman, l’humour un peu crétin et la culture bretonne. Son inconscient a tout passé au mixeur,
 et voilà Breizh Haroz (littéralement les héros bretons, N.D.L.R.), son premier album, cantonné pour l’instant à un format numérique confidentiel.

Batman breton
Le Morbihannais a toujours joué du crayon.
 Il y a deux ou trois ans, ses petits dessins pour rigoler ​séduisent son entourage, qui réclame des histoires.
 Ça s’est fait comme ça, et à un moment je me suis rendu compte que j’étais en train de faire une BD​, sourit Stéphane Le Courtois.
 Un rêve de gosse, et un exutoire dans un moment bouillonnant ​de sa vie.

Une aventure graphique éprouvante aussi. Artisanale. Le trentenaire dessine d’abord sur papier,
 avant de scanner, puis d’effectuer la colorisation sur ordinateur.

 Au début, sans logiciel adapté, une planche me demandait deux jours de travail​, souffle-t-il.
Mais le résultat est là, 42 pages de tribulations loufoques en Kreizistan​,
 un Kreiz Breizh caricatural, comme tout le reste d’ailleurs.
 Le héros, sorte de Batman breton – l’homme hermine remplace ici l’homme chauve-souris, forcément -, a tout du looser magnifique. Il y a aussi Super Amann (beurre en breton, N.D.L.R.), dont le pouvoir consiste à lancer… du beurre grâce à son kaméamann ! Référence ici au pouvoir Kaméhaméha, bien connu des lecteurs du manga culte Dragon Ball.

Album en breton
"
Dans cette culture japonaise, ce qui me plaît, ce sont les nuances,​explique l’auteur.
 C’est très sérieux, mature, et tout d’un coup ridicule. On peut parler d’œuvres complètes, à la fois dramatiques, humoristiques,
 tout y est. "

À propos du scénario de Breizh Haroz, on n’en dira pas plus, pour laisser la surprise aux lecteurs.
 Mais avant d’avoir l’album entre les mains, ces derniers devront encore un peu patienter, et aussi participer à un financement participatif.
 Près de la moitié des 1 500 € nécessaires a déjà été atteinte.
 Environ 250 exemplaires seront imprimés au plus tard en décembre​, dont une partie traduite en breton.


Marion Chauloux
Un article de  Marion THORIN  du journal Ouest France du 3.03.2021

Peintre, musiciens, cuisiniers ou chanteurs… Leur créativité est sans limite
. C’est ce qui intéresse la Vannetaise Marion Chauloux, qui a décidé d’en faire un livre :
 Inspiration – La créativité des artistes bretons.
 J’avais envie de creuser la pensée les gens. Les artistes ont un univers très foisonnant et exubérant, parfois.
 C’est ce qui m’intéresse.

Un espace d’introspection
La publication de l’ouvrage est prévue pour la fin d’année 2021,
 idéalement, si le livre pouvait se trouver sous quelques sapins de Noël…
 ​Sous la couverture rigide et colorée, 40 portraits. Tous associés à une interview.
Chacun sa double page.

 L’objectif de ce livre ?
 Explorer le mode de pensée des artistes. C’est un espace d’introspection.
 On ne parle pas de leur création mais plutôt de leur créativité.
Je montre ce qu’il se passe quand ils sont en train de créer.
C’est le confinement
 qui a révélé en elle ce besoin d’écrire et de créer quelque chose de beau​.
 Community manager et gérante de Dynamo Néocom, à Vannes (Morbihan),
 Marion Chauloux a depuis toujours la passion d’écrire
. À 10 ans j’ai même écrit un livre ! Qui est toujours dans les placards, évidemment​, rigole-t-elle.
  
Une diversité des profils
Parmi les artistes, tous n’exposent pas dans les galeries. Les profils sont variés, tout comme leur renommée
. Un photographe de Rennes, deux artistes du Dédale à Vannes, une chanteuse de Lorient,
 un aquarelliste du Finistère ou encore un fabricant de tambours de Redon…
 Pour des artistes qui s’expriment souvent autrement que par les mots, tous ont dû répondre aux sept mêmes questions.
 D’un profil à l’autre, on peut voir quelles questions les ont le plus inspirées.
 La diversité des réponses rend le format passionnant.

Un financement participatif
Marion Chauloux a choisi l’auto-édition.
 C’est mon entreprise qui édite le livre car je n’avais pas envie de m’associer à un éditeur.
 Je voulais être la plus libre possible. Alors, pour financer ce projet,
 elle lance une campagne de crowdfunding sur Kengo, une plateforme de financement participatif breton.
 Le montant de la participation est libre mais certaines contributions permettent des contreparties comme l’envoi du livre,
 une carte de remerciement, des goodies, voire une nuit en gîte en forêt de Brocéliande.
 J’avais vraiment envie de faire des contreparties qui font plaisir, originales et aux couleurs du livre.
Au-delà d’assouvir sa curiosité, d’écrire et de créer, la Vannetaise espère inspirer certains lecteurs.
 Si en refermant l’ouvrage, certains décident et osent enfin créer, ce sera une mission réussie.

L’ouvrage sortira fin 2021.
Résultat de recherche d'images pour "image de ligne de separation"
Sur le site participatif : KENGO : https://kengo.bzh/projet/3048/livre-la-creativite-des-artistes-bretons

Page réalisée le 19.04.2021



CONTACT

  A B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z