A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE    R

     RAULT PIERRE-ETIENNE
    Bubry
Editions du Dauphin

http://www.editionsdudauphin.com/1.aspx

VEGANO SCEPTIQUE (  Regards d'un éleveur sur l'utopie végane) (12.2017 )

Découverte de l'Auteur par un article de presse


 

 D'après l'article de  Marie CAROF-GADE  du journal Ouest France  13.12.2017
Agriculteur, il veut dialoguer avec les végans
Pierre-Étienne Rault, né à La Rochellet s’est installé comme éleveur à Bubry, il y
a quelques années, après une carrière… dans la marine marchande !
  Il vient de publier Végano-sceptique,
 son regard d’agriculteur sur ce qu’il nomme « l’utopie végane ».
 Il veut ouvrir le dialogue.

Entretien
Comment est née l’envie d’écrire ce livre ?
Je m’interrogeais sur le véganisme
 (mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux
 ou de leur exploitation, NDLR).
J’entendais des discours variés : il y a des végans radicaux, d’autres plus modérés. J’ai lu beaucoup sur le sujet mais ces ouvrages sont souvent écrits
par des intellectuels très éloignés du monde paysan, « déterritorialisés ».

En tant qu’éleveur de moutons et de vaches,
 quelles étaient les questions que soulevait chez vous cette « utopie végane » ?
J
’ai toujours été mal à l’aise avec ce devoir paysan d’amener ses bêtes à l’abattoir. Pour moi, ce n’est pas une évidence de se lever à 4 h du matin et
d’emmener ses animaux à la mort.
 Cela m’a conduit à m’interroger sur l’antispécisme
 (courant de pensée qui refuse la notion d’espèce et
donc la domination de l’Homme sur l’animal, NDLR).  

Pour les végans les plus radicaux, c’est une forteresse idéologique.
J’ai écrit une tribune à ce sujet pour le magazine Reporterre.
Les réactions sur les réseaux sociaux ont été d’une violence inouïe.
J’ai voulu réinstaurer un dialogue, dont sont souvent exclus les agriculteurs.

Pour quelles raisons ?
Dans les débats, on invite toujours les mêmes penseurs du véganisme qui parlent de l’élevage en termes industriels.
 Je suis éleveur bio, je n’élève pas mes animaux dans d’immenses « feed-lots » (fermes-usines) comme aux États-Unis.
Or, le véganisme met tout le monde dans le même sac et manipule certaines données chiffrées.
 Mais ça ne tient pas quand on oppose un élevage paysan et responsable.
Le « bien-être animal » cher au véganisme est de plus en plus populaire…

 Où vous situez-vous ?
Je suis contre cette dictature de l’émotion.
 Vous me demandez si j’aime mes bêtes : si je réponds non, je suis amoral
 si je réponds oui, je suis encore pire car j’aime mes bêtes mais les emmène quand même à l’abattoir.
Je n’ai pas d’amour mais de la reconnaissance, du respect pour ce que la nature nous donne

 Mais certaines idées se rejoignent.
Je remercie L.214 pour les vidéos qu’ils font dans les abattoirs, car au-delà de la souffrance animale,
 elles dressent un état des lieux catastrophiques des conditions de travail.
 Comment peut-on tuer dignement un animal dans un pays qui compte désormais moins de 500 abattoirs ?

Avec ce livre, vous souhaitez instaurer un débat ou un dialogue ?
Je l’ai voulu comme une invitation à réfléchir.
J’ai une vraie sympathie pour les végans, plus discrets, qui cherchent des modes de vie respectueux de la nature.
 Je suis un enfant de la ville, je suis très émotif, je suis moi-même un utopiste. J’aurais très bien pu être végan !

Vous vous revendiquez pourtant comme « sceptique ».
Un sceptique est quelqu’un qui doute, pas quelqu’un qui prétend détenir la vérité.
 Le pari de mon livre sera réussi à partir du moment où on se tend la main et qu’on discute.
 Je ne demande pas mieux que d’accueillir des végans dans mon exploitation, à Bubry, et leur faire découvrir mon métier

Prix 13€80 chez l'Editeur:    http://www.editionsdudauphin.com/1.aspx


Présentation de l'ouvrage à la FNAC

https://livre.fnac.com/a10879077/Pierre-Etienne-Rault-Vegano-sceptique


Simple phénomène de mode ou véritable changement de société à venir ?
 Partout dans le monde, le phénomène végane prend de l’ampleur.
Nous avons tous été confrontés un jour à la question
 : faut-il arrêter de consommer des produits d’origine animale ?
 Et d’autant plus, depuis la diffusion alarmante des vidéos de l’association L214 et L269 Life révélant la maltraitance des animaux destinés à la consommation
 Les véganes refusent tout produit issu de l’exploitation du monde animal, dont le cuir, la laine, la soie, certains cosmétiques, et proscrivent la chasse, l’équitation, les spectacles de corrida et les visites de zoo.

Simple provocation ou glaçante vérité, le message végane produit son effet


 


 

 : il bouleverse, désempare et surtout questionne chacun d’entre nous.
 Et si les véganes avaient raison ?
Cependant, les matières textiles qu’ils préconisent sont, ironiquement,
 issues de l’exploitation humaine et polluent fortement.

Berger et éleveur préoccupé d’écologie et amoureux du monde animal,
 Pierre Rault répond à l’idéologie végane dont les discours moralisateurs placent la profession au banc des accusés.
 En ouvrant le dialogue, il soulève des questions concrètes qui ne cèdent pas à la complaisance émotionnelle.
 La voix originale de cet homme qui se revendique comme paysan tend à prouver que l’harmonie est possible entre les hommes et les bêtes… à condition que les pratiques des consommateurs soient cohérentes avec ce qu’ils dénoncent.

Biographie
 À 27 ans, Pierre Rault devient berger d’alpage après un début de carrière en tant qu’officier de Marine
 Marchande.
 Il se confronte à la réalité de ce métier et pour la première fois en tant qu’éleveur,
 doit amener ses propres agneaux à l’abattoir.
 Il lui faut donc trouver de solides réponses pour légitimer ses actes et leur donner un sens.
 C’est alors, en quête d’une vérité, qu’il a lu et écouté le message des véganes
 tout en continuant à vivre avec ses bêtes, à les soigner, à les admirer.
 Il a entrepris de comprendre les fondements de leur idéologie, et bien que très sensible aux questions environnementales et aux considérations liées à l’éthique animale,
 leurs discours moralisateurs ne lui permettaient pas de trouver sa place sur le banc des accusés.

 La préface
a été rédigée par
Marie Astier, journaliste à Reporterre, spécialiste des questions d’agriculture et d’alimentation et également auteure de « Quel pain voulons-nous ? » paru aux Éditions du Seuil/Reporterre.

 Un Extrait  à lire chez l'Editeur
 à la page:
http://www.editionsdudauphin.com/Documents/VeganoExtrait.pdf



 Page construite le  26.12.2017



CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z