A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z

RENSEIGNEMENTS SUPPLEMENTAIRES SUR L' ANNUAIRE    S

       SMITH   ANNE
La  Gacilly

L'ÉTOILE  AU SOLEIL DE MINUIT (4.05.2019)

Éditions Ouest France
https://editions.ouest-france.fr

Découverte de l'Auteur par un article de presse

D'après  le journal   Ouest France du 25.04.2021  

ENTRETIEN.
 Rencontre avec l’auteur de L’Étoile au Soleil de Minuit
Les lecteurs de Ouest-France ont respiré l’air salé et goûté aux embruns grâce à l’ouvrage d’Anne Smith, diffusé sous forme de feuilleton.

Anne Smith, peintre officielle de la Marine, est installée à La Gacilly (Morbihan).
 Son récit de voyage à bord d’une goélette L’Étoile, de Brest au cercle polaire en 2015,
 a été publié sous forme de feuilleton.

Vous attendiez-vous à une telle proposition ?
Cela a été une belle surprise pour moi de recevoir un mail m’indiquant que mon livre serait publié sous forme de feuilleton.
 Bien avant, j’avais évoqué cette possibilité avec mon éditrice, car le découpage existait déjà.
 Je suis très contente et tout a été publié tel que je l’ai écrit.
 Par ailleurs, toutes les illustrations ont été reprises même celles qui faisaient partie du dossier et non publiées jusqu’alors
. Pour moi c’était inespéré.
 De plus, c’est le premier livre qui est très personnel et que j’ai écrit seule.

Vous aviez reçu un prix ? .

 

Oui, le prix littéraire Bravo Zulu (qui signifie en langage international : manœuvre bien faite)
décerné par l’association Acoram (Association des officiers de réserve de la Marine nationale).
 Je suis très touchée par la reconnaissance des marins. En effet, je ne savais pas si le récit allait plaire, car je manie l’humour et l’ironie .

Quelle a été la réaction des gens à la lecture du feuilleton ?
Beaucoup en ont parlé, l’ont suivi avec plaisir et intérêt dans le journal.
 Cela a été un véritable bol d’air salé pour les personnes confinées. J’ai reçu des messages, des mails.
 Les membres de l’équipage qui figurent dans le livre m’ont contactée.
 L’un a été très surpris et heureux : son portrait et un extrait où je parle de lui sont parus pile le jour de son anniversaire.
 Il pensait que c’était exprès. C’était une coïncidence.

Et votre public, plus localement ?
Les gens me connaissent, mais ils ont découvert et compris davantage le travail des marins et d’un peintre officiel de Marine.
 Beaucoup ont appris que je voyageais et c’était étonnant pour eux.
 En effet, le dernier article où je figurais avec d’autres auteurs évoquait les poèmes écrits pour l’Ehpad Le laurier Vert durant le confinement. Ils ne s’attendaient pas à me voir sur un bateau. Ils ont aussi découvert que j’avais un talent d’écrivain.

Le livre laisse-t-il sur la faim ?
Oui, c’est ce qui m’a été rapporté. Mais, j’envisage une suite car j’ai embarqué en 2016 sur le même bateau avec le même équipage pour un 2e périple Cap Vert- New York, dans les mers plus chaudes. J’ai commencé à écrire la suite.

Vous êtes l’une des rares femmes peintres officiels de la Marine : comment avez-vous acquis votre titre ?
Je suis arrivée dans le Finistère en 1988 et j’ai découvert la mer et le monde maritime à Brest.
J’allais voir des bateaux en cale sèche et l’échelle était extraordinaire.
 J’ai peint par plaisir des méthaniers, des pétroliers, des gros navires industriels en construction et en réparation.
 Sur la base navale, j’ai créé un trompe-l’œil.
 Pour le titre, le déclencheur est la commande passée par le Groupe Bourbon.
 J’ai réalisé des tableaux sur la construction du remorqueur Abeille Bourbon. Je suis allée sur les chantiers en Pologne, Norvège…
 J’ai été reconnue par le milieu et nommée peintre officiel de la Marine en 2005
. Également officier de Marine, j’ai le rang de capitaine de corvette.
 Grâce à mon statut, je suis allée sur de nombreux bateaux tel le Charles de Gaulle.
 J’ai participé à une plongée avec le sous-marin Le Vigilant en 2006. Et en 2015 et 2016, j’ai voyagé sur l’Étoile.

Vous sculptez aussi. Comment ce goût vous est venu ?
Je cherchais un sculpteur qui travaillait sur les gens de mer. Je n’ai trouvé personne.
 Alors je me suis lancée en 2003 car je voulais des personnages au milieu de mes peintures et de mes dessins, pour que l’exposition soit habitée.
 Je souhaitais intégrer une troisième dimension. J’ai galéré pour connaître les techniques. J’ai commencé avec la terre, puis le bronze. J’expose aussi uniquement des sculptures comme au Grand Palais à Paris, dans le cadre d’Art Capital.

Peut-être connaît-on moins un autre aspect de votre art : l’imaginaire ?
J’ai toujours privilégié l’imaginaire en même temps que la rude réalité de la vie industrielle et militaire maritime.
 Je m’inspire de la botanique, des légendes locales et internationales. Je favorise cet aspect plutôt l’hiver dans mon atelier.
Cet été, je participe à trois expositions où la fiction domine.

Comment situez-vous l’écriture dans votre palette artistique ?
C’est un art différent, mais il est analogue à la sculpture et à la peinture, car un livre se construit et chaque mot a sa propre couleur.
 C’est un challenge car j’écris en français et cela demande de la réflexion. J’adore écrire. Je me lève à 4 h le matin pour rédiger jusqu’à 8 h. Je garde le rythme de l’Étoile, où je prenais le quart de nuit.

Quelle est votre actualité cet été ?
Je prépare une rétrospective à la Maison Prépendale à Saint-Pol-de-Léon avec le sculpteur gacilien Jean Lemonnier, peintre officiel de Marine.
Je participe à l’exposition Le cheval dans tous ses états organisée par le peintre gacilien Bruno Altmayer en lien avec la mairie et le Théâtre équestre de Bretagne de La Gacilly.
 Prévue à la Passerelle, elle accueillera les membres de l’association internationale Art Pair.
 Je serai aussi présente dans les expositions suivantes :
 Les chevauchées fantastiques au Château de Comper en Brocéliande,
 Les fonds fantastiques à Noirmoutier, Mer en fête, Mer en feu au salon de la Marine à Brest.
J’organise côté français le premier salon international d’art maritime.

Anne Smith, L’Étoile au soleil de minuit. Éditions Ouest-France.
 https://frfr.facebook.com/pg/annesmith.artist/

 Présentation  par l'Editeur
Ce récit d'une femme Peintre Officiel de la Marine raconte le quotidien à bord de l'Étoile, une goélette paimpolaise, lors d'un voyage entre Brest et l'Islande.
Dans ce récit autobiographique,
 Anne Smith, Peintre officiel de la Marine, raconte son voyage de Brest à l'Arctique à bord de l'Étoile (goélette paimpolaise), en 2016.
Elle part à l'aventure et confronte son imaginaire à la réalité.
Elle narre avec enthousiame et humour le quotidien d'une femme à bord de ce voilier dont le voyage jusqu'en Arctique réservera de nombreuses aventures.

• 90 peintures, dessins et crayonnés réalisés à bord illustrent le texte et offrent au lecteur la possibilité de "vivre" pleinement l'aventure.

https://editions.ouest-france.fr/l-etoile-au-soleil-de-minuit-recit-d-une-peintre-embarquee-9782737379826.html

Prix: 20€ : Chez l'Editeur et " dans toutes les bonnes librairies" et sur les sites spécialisés du web

Page réalisée le 13.06.2021

CONTACT    

A  B C  D   E  F G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  R  S  V W  X  Y  Z